News

Telenet propose une offre internet moins chère pour les familles précarisées

13 octobre 2020

L’opérateur a une solution pour réduire la fracture numérique en Flandre et à Bruxelles: proposer un abonnement internet à 5 € par mois aux familles dont les fins de mois sont les plus difficiles.

Ces derniers mois, nous avons travaillé, étudié et vécu de plus en plus chez nous, ce qui n’a pas manqué d’amplifier nos besoins numériques.

Au cours de cette drôle d’année, il est aussi apparu de façon plus évidente que jamais que tous les Belges n'ont pas accès à internet : un abonnement internet demeure trop coûteux pour certaines familles et pour les personnes en difficultés financières. La crise sanitaire liée au coronavirus a mis en lumière cette fracture numérique béante. Un fossé que Telenet propose aujourd'hui d’essayer de combler avec une nouvelle offre.

L’opérateur va collaborer avec des organismes à finalité sociale comme les CPAS, qui sont les mieux placés pour déterminer les personnes qui pourraient (ou non) bénéficier d’un internet à petit prix (l'abonnement coûtera 5€/mois). La formule sera d'abord testée à Malines, puis dans une deuxième ville en Flandre que Telenet doit encore confirmer), ainsi qu’à Bruxelles. Telenet la proposera ensuite dans plusieurs régions dès 2021 (tous les détails de l’offre n’ont pas encore été divulgués).

Une impulsion pour encourager d'autres opérateurs?

Nous saluons l'initiative de Telenet. Nous avons nous aussi constaté, ces derniers mois, l'importance d'Internet, ne serait-ce que pour remplacer le manque de contacts sociaux grâce aux appels vidéo. Pendant le confinement, dès la mi-mars puis pendant les mois qui ont suivi, les opérateurs avaient déjà fait un pas en offrant l'internet illimité et d'autres conditions spéciales à leurs clients.

Telenet lance donc aujourd’hui une initiative qui, espérons-le, servira de point de départ aux autres fournisseurs du royaume pour offrir aux familles fragilisées davantage de possibilités d’avoir accès à internet. Des tarifs sociaux existent déjà, mais c’est loin d'être suffisant pour réduire la fracture numérique.

Les tarifs sociaux doivent être revus

Nous avions déjà fait comprendre au précédent cabinet du ministre des Télécommunications de l'époque, M. De Croo, que les tarifs sociaux devaient être revus de toute urgence.

Les tarifs actuels fonctionnent avec une réduction qui, lorsque son taux maximum est atteint, ne permet pas aux familles précarisées d’échapper aux récentes augmentations de prix. Si Telenet ou Proximus augmentent leurs prix, les tarifs sociaux ne pourront plus protéger les personnes en difficultés financières. Or, ce sont précisément celles-là qui éprouvent des problèmes à payer leurs factures quand tout ne cesse d’augmenter.

Pour nous, les ménages qui bénéficient d’un tarif social doivent avoir une réduction sous forme de pourcentage fixe pour les différents types d'abonnement à internet, les forfaits et les abonnements de téléphonie mobile. Dans cette logique, nous demandons l'abandon des plafonds maximum actuellement en vigueur au profit de pourcentage de réduction.

La meilleure offre, automatiquement

Les réductions doivent être suffisamment ambitieuses que pour pouvoir soulager le plus grand nombre de personnes en difficulté. Autre élément essentiel : leur attribuer automatiquement le tarif social. A l’heure actuelle, il faut en effet savoir que l’opérateur propose un tarif social et qu’il faut en plus soumettre un formulaire de demande pour l’obtenir. Orienter les familles vers l’abonnement ou le forfait le mieux adapté à leurs besoins et ressources est aussi crucial, selon nous, pour leur éviter de se retrouver avec un abonnement cher sur les bras.

Nous resterons attentifs à cette question des tarifs sociaux tout au long de la législature du gouvernement De Croo, et ne manquerons pas de la rappeler régulièrement au ministre en charge.

User name

Participer à la conversation

Participez en postant un commentaire ou une question

Commentaires

Soyez le premier à commenter
Community