News
Par précaution, clôturez votre compte First d'Ethias il y a 4 mois - lundi 19 juin 2017
Les garanties relatives au repreneur ne sont pas suffisantes.

Ni Ethias, ni la FSMA, ni la Banque nationale (BNB) ne sont parvenus à donner les garanties que l’assureur étranger qui reprendra les comptes FIRST présentera un degré de sécurité suffisamment élevé pour les épargnants. Ne voulant pas mettre l’épargne des consommateurs en danger, nous recommandons dès lors, si vous placez la sécurité de vos avoirs tout en haut de vos priorités, de sortir du compte FIRST et d’empocher la prime de sortie de 25%.


Les consommateurs dos au mur

En communiquant sa décision de revendre les comptes FIRST à un assureur étranger et en insistant sur le fait que la garantie de 100 000 EUR pourrait ne pas exister dans le pays du repreneur, Ethias a placé ses clients devant le fait accompli. Ethias n’a pas voulu communiquer le nom des éventuels repreneurs, pas même leur nationalité, ce qui revient à acheter un chat dans un sac. Ethias s’est montrée sourde aussi à nos propositions. Nous avions demandé qu’Ethias impose au repreneur d’offrir, une fois la cession finalisée, une dernière chance de sortir du compte FIRST, avec maintien de la prime de 25%. Les clients pourraient alors vraiment choisir en connaissance de cause. Mais Ethias n’a pas voulu s’engager formellement dans cette voie.

Acceptez la proposition

La prime de sortie de 25% est une très bonne affaire pour Ethias en comparaison de ce qu’offrira le repreneur pour les contrats FIRST. Par contre, pour l’épargnant qui n’a pas besoin de son argent avant de nombreuses années, l’offre est peu intéressante. Mais celui pour qui la sécurité est une priorité n’a d’autre choix que d’accepter l’offre. Notez que si aucun assureur n’accepte finalement de reprendre les comptes FIRST, vous pourrez revenir sur votre décision. Bien sûr, vous pouvez décider de maintenir votre contrat (et ne pas accepter la prime de 25%) s’il importe pour vous de continuer de recevoir à vie un taux garanti élevé. Mais c’est un pari sur la solidité financière du repreneur.

Partagez cet article