Analyse
Compte d’épargne : la réforme annoncée s’annonce trop timide il y a 5 ans - mercredi 4 juillet 2012

La complexité du système de prime de fidélité est un casse-tête que le système réformé ne résoudrait pas.

Nous proposons de maintenir la prime de fidélité, mais sans la lier à chaque versement pris séparément, et de la verser en fin d’année pour tous les versements.

 

Plus tôt mais…

La réforme annoncée du compte d’épargne devrait déboucher sur le versement plus rapide de la prime de fidélité : dès la fin du trimestre qui suit la date à partir de laquelle elle est méritée. Elle pourrait ainsi rapporter elle-même des intérêts un peu plus tôt qu’auparavant. Mais le problème majeur, c’est la complexité du système. Pour bénéficier de la prime, il faut que chaque versement reste en compte de 12 en 12 mois. Un véritable casse-tête pour qui fait divers versements et retraits. Et un casse-tête que la réforme ne résoudrait pas.

 

Crainte des banques

La réforme évoquée est loin des promesses politiques de début 2012, lorsqu’il était question de supprimer la prime de fidélité (une revendication de Test-Achats depuis des années).
Si la réforme reste timide, c’est par crainte de déstabiliser les grandes banques, qui craignent qu’en l’absence de prime de fidélité, les épargnants soient davantage tentés d’aller voir ailleurs. Pour retenir les clients, les grandes banques devraient relever leur taux de base et renoncer au financement bon marché que leur donne le système actuel (le rendement des comptes d’épargne ne dépasse en effet pas 1 %).

 

L’alternative de Test-Achats

Test-Achats propose de maintenir la prime de fidélité, de ne plus la lier à chaque versement pris séparément, et de la verser en fin d’année pour tous les versements. Imaginons que vous ayez versé 1 000 euros le 15/01/2012 et que vous verserez 2 500 euros le 01/10/2012. Selon le système actuel, la prime de fidélité relative au premier versement sera méritée le 15 janvier et celle relative au second versement le 1er octobre, d’année en année. Cela signifie que si vous souhaitez retirer, à un moment donné, les 3 500 euros, vous ne pourrez jamais obtenir la prime en totalité. Si vous attendez le 15 janvier, vous perdrez la prime méritée dès octobre. Si vous attendez octobre, vous perdrez l’autre.

 

L’alternative est un paiement annuel, au prorata de la durée. La prime de fidélité serait méritée pour les deux versements, dès le 31/12/2012. Vous recevriez alors l’équivalent de 11,5 mois de prime pour le versement réalisé le 15 janvier et de 3 mois pour le versement effectué le 1er octobre. Pour bénéficier une deuxième fois de la prime, l’argent devrait rester une année complète en compte, jusqu’au 31 décembre 2013, et ainsi de suite. Il n’y aurait plus qu’une date à retenir : le 31 décembre. Pour ne pas perdre la prime, il suffirait de retirer son argent peu après cette date.

 

Partagez cet article