Analyse
PSA Bank lance deux nouveaux comptes d’épargne il y a 2 ans - lundi 8 septembre 2014

PSA Bank, la banque du groupe automobile français PSA Peugeot-Citroën, lance ses activités en Belgique et propose d’emblée deux nouveaux comptes d’épargne.

Les taux sont parmi les meilleurs du marché, mais la banque ne nous paraît pas suffisamment solide pour y confier votre épargne en toute sérénité. Préférez les banques que nous recommandons habituellement.

 

Deux nouveaux comptes

Le compte DISTINGO offre un taux de base de 1,40 % et une prime de fidélité de 0,35 %.
Le compte DISTINGO Plus propose quant à lui un taux de base de 0,50 % et une prime de fidélité de 1,50 %.
Aucun montant minimum n’est exigé pour bénéficier de ces taux. Il n’existe pas de plafond non plus. Il n’y a par ailleurs pas de frais d’ouverture, de gestion et de clôture.
Ces deux comptes d’épargne sont réglementés, ce qui signifie que les intérêts sont exonérés de précompte mobilier (15 %) à concurrence de 1 880 euros par personne cette année.

 

Sécurité

La banque dispose d’un faible rating auprès des agences de notation Moody’s (Ba) et Standard & Poor’s (BB). Pour rappel, le rating mesure la solidité financière d’un émetteur. Plus il est faible, plus le risque de faillite est élevé. En l’occurrence, les deux agences de notation considèrent PSA Bank comme un émetteur spéculatif.

Un jugement lié aux difficultés que traverse la maison-mère, le groupe automobile PSA Peugeot-Citroën. Il faut en effet savoir que la seule activité de PSA Bank est de proposer des financements aux acheteurs de véhicules des marques Peugeot et Citroën ainsi qu’aux concessionnaires du groupe. A cause des mauvaises ventes de voitures, PSA Finance (qui chapeaute PSA Bank) a éprouvé début 2013 des difficultés à se financer sur les marchés, obligeant l’Etat français à intervenir pour la sauver.

Aujourd’hui la situation s’est stabilisée et il n’est plus question de faillite dans l’immédiat. Le groupe automobile se restructure et bénéficie, temporairement encore, de la garantie de l’Etat français. Enfin, les épargnants sont protégés par le fonds de garantie français à concurrence de 100 000 euros par personne en cas de faillite.

Néanmoins, malgré les efforts de restructuration, rien n’indique aujourd’hui que la pérennité du constructeur automobile soit assurée à long terme. En cas de nouveau dérapage, la banque serait de nouveau mise sous pression. Les épargnants ont-ils besoin de ce risque supplémentaire alors que le risque lié aux banques « classiques » est déjà bien élevé ? Quand bien même ils bénéficient d’une protection jusque 100 000 EUR ? Pour le tout petit supplément de rémunération qu’offre PSA Bank par rapport à d’autres banques qui nous semblent plus solides, nous ne le pensons pas. Restez à l’écart.

 

Partagez cet article