Analyse
Taux de base faible, prime élevée : autorisé ? il y a 3 ans - mercredi 15 octobre 2014

On trouve sur le marché de l’épargne divers comptes offrant un taux d’intérêt de base de 0,10 % à peine mais une prime de fidélité de 1 % ou davantage. Une telle différence est-elle autorisée.

Les comptes à prime de fidélité élevée ne sont intéressants que si vous laissez l’argent en compte exactement 12 mois ou si vous pouvez vous passer de cet argent pendant au moins deux ans. Optez parmi ces comptes pour celui qui offre le rendement total le plus élevé.
Utilisez
notre comparateur

 

Nous avons trouvé sur le marché belge de l’épargne sept comptes qui offrent un taux de base de 0,10 %, mais une prime de fidélité de plus de 1 %. Pour les épargnants qui se laissent séduire par la prime de fidélité, ces comptes peuvent être totalement inintéressants s’ils sont mal utilisés. Car la prime a beau être élevée, elle n’est accordée que sur les sommes restées en compte douze mois consécutifs. Le détenteur d’un tel compte doit donc être très attentif aux dates auxquelles il verse de l’argent et aux dates des retraits. Car s’il retire des sommes avant que les douze mois ne soient écoulés, c’est la toute grosse partie de sa rémunération qu’il perd sur ces montants.

 

Quoi qu’il en soit, les banques ont le droit de pratiquer de telles conditions sur leurs comptes. Pour le taux de base, la seule limite qui leur est imposée est un maximum : le taux de base ne peut pas dépasser 3 % ou le taux directeur de la Banque centrale européenne s’il est plus élevé. La prime de fidélité ne peut quant à elle être supérieure à la moitié du taux de base maximal autorisé, soit à la moitié de 3 % actuellement, donc à 1,5 %. Elle doit représenter aussi au moins un quart du taux de base.

Toutes ces conditions concernent les comptes d’épargne réglementés, qui bénéficient de l’exonération de retenue fiscale sur les 1 880 premiers euros d’intérêts. Les comptes d’épargne non réglementés ne sont pas tenus de s’y soumettre. Mais en contrepartie, tous leurs intérêts sont soumis, dès le premier euro perçu, à un précompte mobilier de 25 %.

 

Partagez cet article