News
Les fonds d’épargne-pension ont gagné 2,9% en 2016, sauvés par la bonne tenue des Bourses en décembre il y a 9 mois - jeudi 19 janvier 2017
Ils restent un placement intéressant, ne serait-ce que pour l’avantage fiscal qu’ils procurent.

Sauvés par décembre

Les fonds d’épargne-pension ont dégagé en 2016 un bénéfice qui va de +1,4% pour BNP Paribas B Pension Fund Growth à +6,3% pour Hermes Fonds de Pension. La prestation moyenne est de 2,9%. C’est nettement moins que la moyenne à long terme de ces fonds (6,9%) et cela en dit long sur les difficultés de l’année écoulée. Fin novembre, 12 des 19fonds étaient encore en négatif. C’est le mois de décembre et ses bienfaits boursiers dans la zone euro (+7%) et en Belgique (+3%) qui ont fait que ces fonds n’ont pas clôturé l’année en perte.

Des règles complexes

Les fonds d’épargne-pension se ressemblent et leurs prestations se situent dans un écart réduit. Car les fonds d’épargne-pension sont des fonds mixtes (leur portefeuille comprend à la fois des actions et des obligations). Selon les cas, il peut y avoir davantage d’actions que d’obligations (fonds dynamiques, reconnaissables souvent à la présence dans leur appellation du terme growth) ou inversement (fonds défensifs aussi appelés stability), la troisième solution étant l’équivalence entre actions et obligations (fonds neutres ou balanced).
Les gestionnaires des fonds d’épargne-pension sont soumis à des règles strictes. C’est la condition pour que leurs clients puissent bénéficier des avantages fiscaux. Ces règles figurent dans le prospectus de chaque fonds. Voici les plus importantes :
– le portefeuille ne peut pas comprendre plus de 20% d’actifs dans une autre devise que l’euro;
– le poids des actions ne peut en aucun cas dépasser 75% du portefeuille;
– les actions dont la valeur est exprimée dans une autre devise que l’euro ne peuvent en aucun représenter plus de 20% de ce type d’actifs;
– les actions de sociétés dont la capitalisation boursière est de 3 milliards d’euros ou moins ne peuvent représenter plus de 30% de celles-ci;
– le poids des obligations ne peut en aucun cas dépasser 75% du total;
– les liquidités ne peuvent dépasser 10% du total.

Toutes ces règles font que les fonds d’épargne-pension se ressemblent plus que les autres fonds mixtes. Ces règles expliquent aussi pourquoi les fonds d’épargne-pension comprennent surtout des actions de grosses sociétés belges et de la zone euro comme AB InBev, Bayer, BNP Paribas, KBC, Roche, Total… Bien évidemment, lorsque ces actions connaissent une moins bonne année, comme ce fut le cas en 2016 (-3,1% pour les actions belges, +4,8% seulement pour les actions de la zone euro), les rendements s’en ressentent.
Il va de soi que ces règles restreignent fortement la liberté de choix des gestionnaires. Par exemple, si l’un d’entre eux croit au potentiel des actions américaines, il ne peut y miser qu’un maximum de 15% (= 20% en devises étrangères de maximum 75% d’actions).
Tout cela fait que le portefeuille des fonds d’épargne-pension est moins intéressant que celui des autres fonds mixtes. Mais cet inconvénient est compensé par les avantages fiscaux.

Avantages fiscaux

Ces avantages fiscaux sont de 30% plus les centimes additionnels des versements effectués chaque année jusqu’à l’année de votre 64ème anniversaire. En pratique, cela veut dire que si cette année vous versez dans un fonds d’épargne-pension le maximum légal de 940 euros, votre réduction d’impôt l’an prochain sera de 282 euros plus les centimes additionnels. A condition évidemment que vous payiez des impôts...

Rendements positifs à terme

Les avantages fiscaux constituent un fameux apport au rendement. Mais ce rendement, n’est jamais garanti puisqu’il dépend de l’évolution des marchés et des choix faits par les gestionnaires.
Les fonds d’épargne-pension existent depuis 30 ans. Sur ces 30 ans, 9 fois seulement ils ont été déficitaires. Ces années-là, tous les fonds d’épargne-pension ont perdu de l’argent, même les plus défensifs. La dernière mauvaise année a été 2011 avec -6,5% pour les fonds dynamiques, -5% pour les fonds neutres et -2,4% pour les fonds défensifs.
Les fonds d’épargne-pension affichent cependant à long terme un rendement très confortable qui oscille entre 6 et 7% par an en moyenne. Sans compter l’avantage fiscal !

En une fois ou par tranches

Toutes les institutions financières qui proposent des fonds d’épargne-pension offrent le choix entre le versement périodique (par mois…) ou en une fois. Vous pouvez effectuer vos versements à n’importe quel moment de l’année et pour n’importe quel montant, en veillant à ne pas dépasser le maximum légal de 940 euros (en 2017).
Nous vous conseillons d’effectuer en une fois le versement maximum dès le début de l’année. Car des études indiquent que la probabilité de voir les marchés financiers être plus hauts en fin qu’en début d’année est de 70%.
Si vous préférez toutefois verser chaque mois, utilisez l’ordre permanent. Pour arriver au maximum légal de 940 euros, cela revient à 78,33 euros par mois. Un montant que la plupart des banques acceptent d’adapter automatiquement lorsque le plafond légal est revu à la hausse.

Consultez aussi notre dossier sur les fonds d’épargne-pension et les dossiers associés.

Partagez cet article