Article
Novembre 2008 : participez aux assemblées il y a 9 ans - lundi 17 novembre 2008
Ce mardi, le tribunal de commerce aura rendu son ordonnance dans l’affaire Fortis. Au moment d’écrire ces lignes, nous ne nous faisons que peu d’illusion sur l’issue, en dépit de l’avis du ministère public qui considère qu’il y a bien des irrégularités dans la vente des activités bancaires et d’assurances belges à BNP Paribas. Les menaces inconsidérées du Premier ministre Leterme et les pressions dont semble faire l’objet la présidente du Tribunal de commerce nous inquiètent et nous paraissent bien loin de la protection de l’intérêt général pourtant tant prôné jusqu’ici par notre gouvernement. 
Ce sont donc tout au plus à des mesures en demi-teinte que nous nous attendons. In fine, la mise à l’ordre du jour des futures assemblées générales de l’approbation des transactions suspectes nous semble illusoire… à moins que l’actionnaire chinois Ping An, fort de ses 5%, tente de porter ce point à l’agenda (avec quelle intention de vote ?).
Quoi qu’il en soit les assemblées générales extraordinaires du 1er et 2 décembre prochain seront loin d’être dénuées d’intérêt et nous vous encourageons vivement à y participer en étant présent physiquement ou pas. Il en va de votre propre intérêt ! D’abord parce que les justifications prévues des événements écoulés et des décisions prises entre le 28 septembre et le 6 octobre 2008 seront l’occasion pour le conseil d’administration, espérons-le, d’enfin palier à une communication toujours aussi lacunaire, qui continue aujourd’hui à pénaliser tant le petit actionnaire que l’épargnant, tous deux en quête de sérénité. Une situation qui, épinglons-le, ne semble absolument pas émouvoir la CBFA qui continue à briller par son absence dans les débats. Nous attendons de pied ferme les réponses à 13 questions qui devront impérativement y être apportées afin d’éclaircir la situation pour les petits actionnaires. Ensuite parce que ces assemblées générales extraordinaires constitueront enfin pour les petits actionnaires (et les autres), la première occasion depuis des mois de faire entendre leur désaccord clair sur la situation et la politique menée par le management de Fortis et avalisée par son conseil d’administration. Tout en se prononçant pour la poursuite des activités, nous vous vous incitons donc à voter contre la nomination du nouveau conseil d’administration, qui n’assurerait aucunement le renouveau et l’indépendance par rapport au passé. Dans l’attente, nous continuons à travailler d’arrache-pied pour examiner toutes les voies de recours possibles pour obtenir un dédommagement des petites actionnaires sans, bien entendu mettre en péril la santé des épargnants.

Partagez cet article