Analyse
Générale de Banque il y a 20 ans - lundi 19 janvier 1998

GENERALE DE BANQUE

La Générale de Banque (15 025 BEF), 1ère banque belge, a récemment vu son cours chuter en raison de la crise de plus en plus aiguë en Asie. Ce n'est pas étonnant, puisque la filiale de la banque à Hong-Kong fournit ± 12 % du bénéfice du groupe. Selon la G-Banque, si cette filiale ne pourra en effet pas atteindre la croissance bénéficiaire prévue pour 97, elle pourra quand même contribuer pour le même montant qu'en 96 au bénéfice du groupe. En 98, la crise aura certainement encore un impact négatif sur les résultats, mais grâce à la prudence de la banque en matière de crédits les dégâts devraient rester limités. Par ailleurs, la G-Banque continue à fortement s'étendre à l'étranger. Ainsi, elle a pris une participation dans une banque polonaise, elle a racheté les activités visant les entreprises de la banque britannique Hambros, elle a des projets en Chine et elle est bien placée pour le rachat de la banque française CIC. Elle a aussi augmenté sa participation dans sa filiale luxembourgeoise Banque Générale du Luxembourg de 45 à 53 %. En Belgique, la G-Banque veut conserver sa position dominante et étend à cet effet régulièrement ses canaux de distribution (banque par téléphone, Banque de la Poste,...). La crise en Asie aura un impact négatif sur la croissance bénéficiaire de la banque, mais selon nous cet effet sera compensé par l'effet positif des taux d'intérêt particulièrement bas (plus-values sur portefeuille obligataire). A plus long terme, l'expansion dans d'autres régions est également un atout de taille. L'action est bon marché. Profitez de la baisse pour acheter. Les spéculateurs peuvent encore miser sur un éventuel rapprochement entre CGER/Fortis et la G-Banque.

 

 GENERALE DE BANQUE

 La crise en Asie pèse exagérément sur le cours selon nous. Profitez-en pour acheter.

 

 

Partagez cet article