Analyse
Sipef il y a 20 ans - lundi 19 janvier 1998

SIPEF

La décision prise par le gouvernement indonésien d'interdire l'exportation d'huile de palme est bien malvenue pour Sipef (6 400 BEF). En effet l'huile de palme est de loin le principal produit (61 % du chiffre d'affaires) du holding spécialisé en plantations, et elle est récoltée en grande partie en Indonésie. Le groupe est à présent obligé de vendre son huile de palme sur le marché local, où les prix sont sensiblement inférieurs à ceux du marché international. La pilule est d'autant plus amère que les prix du marché, en raison de la baisse de production due à l'effet El Niño, ont récemment fort monté. Cependant, l'impact négatif sur le bénéfice ne doit pas être exagéré. La baisse de revenus sera partiellement compensée par un recul des coûts de production grâce à la dévaluation de la roupie indonésienne face au dollar américain (devise dans laquelle est exprimé le prix de l'huile de palme). En outre, le gouvernement indonésien a annoncé la semaine passée que l'interdiction d'exporter serait levée fin mars. Dès avril Sipef pourra donc à nouveau profiter de la hausse des prix de l'huile de palme. Vu la baisse de revenus au 1er trimestre, nous abaissons nos prévisions bénéficiaires pour 98 de 600 à 470 BEF par action, contre 490 BEF en 97. Les problèmes indonésiens sont en tout cas une bonne raison pour Sipef de continuer à étendre ses plantations dans d'autres pays. L'action est bon marché, mais nous n'achèterions pas tant que la situation en Indonésie ne s'améliore pas et que l'interdiction d'exporter n'est pas levée. Conserver.

 

SIPEF

 

 

 L'interdiction d'exporter l'huile de palme d'Indonésie a fait chuter le cours. Ne pas acheter, conserver.

 

 

Partagez cet article