Analyse
Philip Morris il y a 20 ans - lundi 9 février 1998

PHILIP MORRIS

Avec 16 % du marché mondial, l'américain Philip Morris (PM; 1 650 BEF; 44,31 USD) est n° 1 du tabac. Il est actif aussi dans l'alimentation et la bière. Les résultats 97 ont été fortement pénalisés par les coûts (0,62 USD par action) des litiges avec plusieurs Etats américains autour des dommages causés par le tabac. Ils ont souffert aussi de coûts de restructuration (0,26 USD par action) et de la fermeté du dollar (réduction des bénéfices des filiales étrangères après conversion). Hors éléments exceptionnels, le bénéfice par action a progressé de 7 %, grâce à la division alimentation et aux activités tabac hors USA et Europe. A long terme, les perspectives sont excellentes pour PM : dans les pays émergents le tabac reste une activité très porteuse (la consommation augmente et les lois sont moins contraignantes), et en outre la division alimentation devrait continuer à bien se porter. A court terme cependant, ces perspectives prometteuses sont assombries par les démêlés judiciaires et politiques de l'industrie du tabac aux USA. Le Congrès n'a toujours pas approuvé l'accord signé l'an dernier entre les industriels et les Etats en vue de la constitution d'un fonds de dédommagement pour les victimes du tabac. Nous pensons que cette ratification interviendra, mais au niveau timing le suspense subsiste. Pour 98, nous tablons sur une bénéfice par action de 2,80 USD (contre 2,76 USD en 97). Le cours ne reflète pas les belles perspectives à long terme. Action bon marché. Acheter.

 

PHILIP MORRIS

 

 

 L'attente de la décision du Congrès concernant le tabac pèse exagérément sur le cours (en USD). Acheter.

 

 

Partagez cet article