Analyse
Générale de Banque il y a 20 ans - lundi 27 avril 1998

GENERALE DE BANQUE - Fortis oui, Fortis non ?

L'avenir de la Générale de Banque (21 275 BEF) est toujours la grande inconnue, et l'assemblée générale de la semaine passée n'a pas apporté beaucoup d'éclaircissements. Les pourparlers exploratoires avec le groupe Fortis (dont la CGER fait partie) seraient toujours en cours et les plus avancés. Mais la direction n'est pas très favorable à une alliance avec Fortis. Une étude récente a montré que la G-Banque en tirerait peu d'avantages. Il y aurait notamment trop de doubles emplois avec la CGER, et en outre les (nouveaux) systèmes informatiques des deux banques seraient incompatibles. C'est pourquoi la G-Banque étudie d'autres options. Une liste de partenaires possibles circule, parmi lesquels les néerlandais ABN Amro et Aegon, la Deutsche Bank, les français Société Générale et Crédit Agricole. Par ailleurs, le début de l'année a été bon pour la G-Banque. Ses résultats pour le 1er trimestre annoncent une nouvelle hausse du bénéfice. La Banque de La Poste, sa filiale à 50 %, est également sortie du rouge au 1er trimestre, soit 20 mois plus tôt que prévu. Après avoir récemment repris tous les comptes à vue du Postchèque, la Banque de La Poste entend continuer à élargir sa gamme de produits (prêts hypothécaires p.ex.). L'action Générale de Banque est toujours bon marché. Cependant, vu le manque de synergies en cas d'alliance avec Fortis, nous n'achèterions pas pour le moment. Conserver.

 

GENERALE DE BANQUE

La spéculation autour d'une alliance pousse le cours à des niveaux records. Ne pas acheter, conserver.

 

 

Partagez cet article