Analyse
Groupe de la Générale il y a 20 ans - mardi 14 avril 1998

GROUPE DE LA GENERALE - SGB dans le giron français ?

La Société Générale de Belgique (SGB) sera probablement sous peu complètement dans des mains françaises. Son actionnaire majoritaire, Suez-Lyonnaise des Eaux, qui détient déjà 63,4 % du capital, souhaite acheter le reste des actions. Quelles seraient les conséquence d'une telle opération pour les actionnaires de la SGB et de ses participations principales, Tractebel, Générale de Banque et Fortis AG ? La nouvelle a en tout cas fait bondir les cours de quelques-unes des actions concernées et fait souffler un vent d'euphorie en Bourse de Bruxelles après le week-end pascal.
• Si l'opération a lieu, la SGB (5 510 BEF) disparaîtra de la Bourse et il sera probablement proposé à ses actionnaires d'échanger leurs actions contre des actions Suez-Lyonnaise des Eaux (distribution d'eau et d'électricité, télécoms, gestion de déchets). L'opération projetée améliorerait les perspectives du groupe français parce qu'elle renforcerait sa position dans Tractebel. L'action SGB est correctement évaluée. Tant que les conditions de l'échange ne sont pas connues, il n'est pas possible de dire si l'opération sera une bonne affaire pour les actionnaires de la SGB. En attendant, conservez.
• Pour le holding énergétique Tractebel (4 600 BEF), l'opération semble favorable. Au sein d'un grand groupe comme Suez, son expansion internationale pourra s'accélérer, ce qui augmente son potentiel de croissance. Vous avez donc certainement avantage à conserver cette action correctement évaluée. Vous pouvez même encore en acheter pour le long terme.
• La fusion éventuelle avec Fortis AG n'est pas vraiment du goût de la Générale de Banque (21 600 BEF), pour plusieurs raisons. Ainsi, les systèmes informatiques des deux groupes ne seraient pas compatibles. Et, plus important, il y aurait trop de doubles emplois et trop peu de possibilités de synergies entre la CGER (pôle bancaire du groupe Fortis) et la G-Banque. A cet égard, la G-Banque aurait en effet avantage à s'allier plutôt avec une banque étrangère. Dès lors nous n'achetons plus l'action G-Banque, bien qu'elle soit bon marché. Mais vous pouvez conserver.
• Pour le groupe de bancassurance Fortis AG (11 000 BEF) par contre, une alliance avec la G-Banque aurait un double avantage : la CGER aurait un partenaire, et les activités de la G-Banque aux Pays-Bas renforceraient opportunément le pôle bancaire néerlandais trop faible de Fortis. Les actions Fortis AG, correctement évaluées, sont certainement à conserver et peuvent encore être achetées.

SGB / TRACTEBEL / BEL 20

Tant la SGB (gras, base 100) que Tractebel ont fait mieux que la Bourse (trait inférieur) ces derniers temps.

 

 

Partagez cet article