Analyse
Sipef il y a 19 ans - lundi 20 juillet 1998

SIPEF: sensible aux marchés asiatiques

Le groupe Sipef (5 700 BEF), actif dans les plantations de produits tropicaux (huile de palme, caoutchouc, bananes,...) a réalisé en 97 plus de 51 % de son chiffre d'affaires en Indonésie. En effet, il produit près de 60 % de son huile de palme dans ce pays. Il n'est dès lors pas étonnant qu'il souffre de la crise asiatique. Certes, la dévaluation de la roupie indonésienne a réduit ses coûts de production (salaires), mais d'autre part le gouvernement indonésien a interdit fin 97 toute exportation d'huile de palme. Cela a obligé Sipef à vendre son huile sur le marché local à la moitié du prix normal du marché. Cette interdiction a été levée fin avril, mais remplacée par une taxe à l'exportation de 40 %, qui devrait être réduite progressivement pour fin 99. A ce taux, l'exportation de l'huile de palme rapportait déjà à peine plus que la vente sur le marché local, et début juillet la taxe a encore été augmentée, à 60 %. Malgré tout, Sipef reste bénéficiaire en Indonésie, et la hausse du prix de l'huile de palme (à cause du frein à l'exportation d'Indonésie) lui permet de gagner plus sur la vente de celle qui est produite dans d'autres régions du monde. Cela ne compensera cependant pas le recul des bénéfices en Indonésie. Nous réduisons fortement nos prévisions bénéficiaires pour 98, de 430 à 250 BEF par action (454 BEF en 97). Par ailleurs, Sipef s'efforce actuellement de réduire son exposition à un pays (Indonésie), une région (Asie) ou un produit (huile de palme) : extension des plantations d'huile de palme en Côte d'Ivoire et Papouasie-Nouvelle-Guinée, projet de plantation de thé au Vietnam, plantations au Brésil,...). L'annonce de la hausse de la taxe à l'exportation a provoqué une nouvelle chute du cours. L'action est bon marché, mais en raison de l'incertitude en Indonésie et de la trop grande exposition à ce pays nous n'achèterions pas. Conserver.

SIPEF

La crise asiatique pèse sur les bénéfices et le cours. Ne pas acheter en ce moment. Conserver.

 

 

Partagez cet article