Analyse
GIB il y a 19 ans - lundi 5 octobre 1998

GIB - Résultats semestriels

Compte tenu des éléments exceptionnels tels que la provision pour la restructuration de la filiale Quick, le bénéfice du groupe de distribution GIB (1 460 BEF) a augmenté d'environ 7 % durant les six premiers mois de l'exercice qui se clôture le 31/1/99. Mais la comparaison avec le 1er semestre 97/98 n'est pas significative, car depuis lors GIB a vendu la chaîne de bricolage américaine Scotty's ainsi que la chaîne Pearle Vision Center (lunettes). Quoi qu'il en soit, nous relevons nos prévisions bénéficiaires pour 98/99 à 82 BEF par action (contre 75 BEF auparavant) et pour 99/2000 à 90 BEF (contre 85 BEF). A présent GIB n'est plus actif qu'en Europe, et cède certaines activités qui n'ont rien à voir avec ses activités de base (supermarchés, hypermarchés, bricolage et restauration). Le groupe cherche actuellement un partenaire pour ses chaînes de bricolage. En effet, sa taille n'est pas suffisante dans ce secteur, d'autant moins maintenant que le britannique Kingfisher et le français Castorama ont uni leurs destinées. Quant à la filiale de restauration Quick, elle aussi de taille insuffisante selon nous et trop peu diversifiée géographiquement pour survivre seule, elle fait l'objet d'une restructuration visant à l'amélioration de sa rentabilité. Les choses semblent aller un peu mieux pour GIB. Néanmoins, nous n'avons pas confiance dans la gestion du groupe (restructurations à répétition sans effet, modifications brusques de la stratégie). L'action est correctement évaluée. N'achetez pas, mais vous pouvez conserver, en raison du caractère défensif des valeurs du secteur de la distribution en ces temps de turbulences boursières

GIB

Les faibles performances de GIB pèsent sur le cours depuis de nombreuses années. Conserver.

 

 

Partagez cet article