Analyse
ING il y a 18 ans - lundi 18 octobre 1999

ING: bons résultats semestriels

Le groupe de bancassurance néerlandais ING (51,51 EUR; 2 078 BEF) a augmenté son bénéfice de 90 % au 1er semestre. Hors éléments exceptionnels (plus-values sur cession de participations), la progression est de 20,3 %, à 1,7 EUR par action. Dans la branche bancaire, le bénéfice croît de 30 % grâce à l'augmentation des commissions perçues, à un recul des provisions pour risque de non-remboursement de crédits et au redressement de la banque d'affaires Barings. Dans l'assurance, les bénéfices ont augmenté de ± 14 % grâce à la progression dans la branche vie. Nous relevons nos prévisions bénéficiaires pour tout 99 à 3,32 EUR par action et pour 2000 à 4,54 EUR (respectivement 2,7 et 3,78 EUR auparavant). A plus long terme, ING continue de participer à la concentration du secteur financier européen. Après sa montée en puissance dans sa filiale allemande BHF, il est toujours en concurrence avec KBC pour la prise de contrôle de la banque française Crédit Commercial de France (CCF). A cet égard, il est coincé par son statut de bancassureur, qui lui impose un équilibre entre ses activités bancaires et d'assurances: le rachat ferait passer le rapport entre ces deux activités de 46 %-54 % à 60 %-40 %; en outre, le prix est élevé (7 milliards d'EUR), et il devrait payer en cash, car payer en titres serait risquer de permettre à ses concurrents KBC et Swiss Life (actuellement 1er actionnaire du CCF) d'entrer dans son capital. Ces problèmes pourraient cependant être résolus si outre le CCF il rachetait aussi Swiss Life. Dans le climat actuel de concentration, l'extension du réseau d'ING devrait lui permettre de devenir un des leaders du secteur financier en Europe. Action correctement évaluée. Acheter.

ING

ING poursuit une stratégie de croissance dynamique sans perdre de vue sa rentabilité. Acheter.

Partagez cet article