Analyse
Fiat il y a 18 ans - lundi 15 novembre 1999

FIAT - Perte inattendue au 3e trimestre

L'italien FIAT (28,5 EUR; 1 150 BEF), principalement constructeur de voitures (54 % du chiffre d'affaires; FIAT, Alfa, Lancia,...), de camions (13,5 %; Iveco) et de véhicules agricoles (11 %; New Holland), a publié contre toute attente des résultats avant impôts négatifs pour le 3e trimestre. En cause, les charges d'endettement liées au rachat de l'américain Case par New Holland, et les difficultés en Amérique du Sud (Brésil et Argentine). Pour le 4e trimestre, FIAT compte sur les ventes de la nouvelle Punto pour revenir à l'équilibre. Nous abaissons notre estimation bénéficiaire pour 99 à 0,55 EUR (0,6 EUR précédemment). L'an prochain, le bénéfice devrait à nouveau augmenter, principalement grâce à la Punto, qui semble connaître un beau succès, et à l'amélioration en Amérique latine, mais nous abaissons quand même notre prévision à 1,2 EUR par action (1,3 EUR précédemment). A l'avenir, FIAT entend continuer à se développer en Amérique latine (investissements prévus dans les 3 prochaines années dans les moteurs et les petits véhicules commerciaux). Le groupe devrait aussi poursuivre son recentrage sur ses activités de base, soit par des alliances (comme récemment avec le japonais Mitsubishi), soit par des désengagements (il pourrait réduire fortement sa participation dans l'équipementier italien Magneti Marelli). Une alliance plus vaste avec un autre constructeur est possible, mais la volonté de la famille Agnelli de conserver le contrôle constitue un frein. Les résultats de FIAT sont décevants, et les espoirs d'alliance semblent se dissiper. Mais les efforts du groupe (nouveaux modèles, internationalisation) devraient restaurer la rentabilité à moyen terme. Action correctement évaluée. Conserver.

FIAT

Le recul de la rentabilité et la non-concrétisation d'alliances d'envergure pèsent sur le cours. Conserver.

Partagez cet article