Analyse
IBt il y a 17 ans - mardi 28 décembre 1999

IBT - l'année prochaine devrait être l'année de l'équilibre mais les bénéfices ne sont pas prévus avant 2001

· Biotechnologie
· Euro.NM (Bruxelles)
· 15,50 EUR

IBT, le spécialiste belge du traitement du cancer de la prostate par la brachythérapie, clôture son troisième trimestre 99 par une perte de 1,79 million EUR, soit 38 % de plus que celle enregistrée pour la même période en 98. Cette perte est donc supérieure à nos prévisions (cf. E-R 33) et ne sera malheureusement pas allégée par les ventes qui viennent de débuter, la fin d'année étant généralement moins propice à la demande de ce genre de traitement médical.
La raison de cette contre-performance est toujours le retard dans la commercialisation de ses produits, les dépenses n'étant pas compensées par les ventes. Cette situation est en passe de changer puisque fin novembre, IBT a déclaré avoir entamé la production pour la commercialisation de ses implants au palladium. Ceux-ci sont destinés au marché américain pour lequel IBT a obtenu l'autorisation à la vente de la FDA (Food and Drug Administration). Néanmoins, vendre aux Etats-Unis ne sera pas une sinécure car les principaux concurrents d'IBT y sont déjà bien implantés et dernièrement, la capacité productive disponible a généré une offre supérieure à la demande. De plus, un projet de loi sème actuellement le doute. Celui-ci vise en effet à réduire le remboursement des frais médicaux auquel ont normalement droit les patients traités par brachythérapie. Il va sans dire que l'adoption de cette loi pourrait avoir des conséquences néfastes sur les ventes d'implants. Quant à la situation sur le Vieux Continent, les premières ventes sont prévues seulement pour l'année prochaine après l'obtention de l'autorisation à la commercialisation par les autorités européennes.

L'année prochaine devrait être celle de l'équilibre pour IBT grâce aux ventes sur les marchés américain et européen. Les bénéfices devraient être au rendez-vous seulement à partir de 2001 mais les concurrents ne resteront pas les bras croisés. De fait, IBT n'est plus le seul à pouvoir produire en même temps des implants au palladium et à l'iode. N'ACHETEZ PAS.

Partagez cet article