Analyse
Alpha Mos il y a 17 ans - mardi 8 février 2000

ALPHA MOS - Les ventes reprennent mais la société ne prévoit pas de bénérices avant 2002

· Nez électroniques
· Paris (Euro.NM)
· 9 EUR

Le français Alpha M.O.S. (AMOS), n°1 mondial des nez électroniques, a enfin publié ses résultats pour l’exercice clôturé le 30/09/99. Il était temps !
Le chiffre d’affaires de 1,8 million EUR affiche un recul de 33 % par rapport à l’exercice précèdent, alors que la perte consolidée s’élève à 2,4 millions EUR, soit - 0,9 EUR par action. La baisse du chiffre d’affaires s’explique comme chacun le sait déjà (
E-R 34) par les tergiversations du marché jusqu’en juillet 99 dans l’attente de la commercialisation du nez électronique de Hewlett Packard. Une fois avéré que celui-ci ne constituait pas une menace sérieuse pour AMOS, les ventes ont repris et la société a réalisé 50 % de son chiffre d’affaires au 4ème trimestre de l’exercice, période généralement la moins porteuse en termes de ventes.
Outre l’annonce de ses résultats, AMOS a officialisé la signature d’un accord avec la société allemande d’instrumentation BRAN & LUEBBE, qui vendra les nez électroniques d’AMOS sous sa propre marque à travers ses 15 filiales dans le monde. Cet accord est essentiel car AMOS, bien que fort au niveau scientifique, a toujours éprouvé des difficultés dans la commercialisation de ses produits.
Enfin, signalons qu’AMOS poursuit son programme de recherche financé par le gouvernement américain et développé avec l’université américaine de San Diego. Les deux partenaires développent des capteurs optiques qui, grâce à leur vitesse de réaction, devraient permettre l’utilisation du nez électronique pour le contrôle qualité des produits dans les usines. Une fois les capteurs optiques disponibles, AMOS devrait profiter des opportunités du marché du contrôle qualité, source de volumes importants pour les années à venir (estimés à 2 milliards USD en 2010).

Les ventes reprennent et l’accord avec Bran & Luebbe devrait encore les soutenir. Néanmoins, lors de la dernière réunion réservée aux analystes, la société nous a confirmé l’absence de bénéfices jusque fin 2001. Nous réitérons donc notre conseil : CONSERVEZ. Ne vendez en tout cas pas pour l'instant. La suspension actuelle du cours et des bid and ask spectaculaires pourraient déboucher sur une bonne surprise.

EVOLUTION D’AMOS (gras ; base 100) ET DE L’EURO.NM PARIS

La reprise des ventes au 4ème trimestre de l’exercice a redonné vigueur au cours qui reste cependant à la traîne sur le nouveau marché.

Partagez cet article