Analyse
Deutsche Bank il y a 18 ans - lundi 13 mars 2000

DEUTSCHE BANK - Fusion avec Dresdner Bank

La Deutsche Bank (74,6 EUR; 3 009 BEF) vient d'annoncer sa fusion avec la Dresdner Bank (n°3) pour constituer la plus grande banque du monde par la taille de son bilan. L'opération, qui devrait être finalisée pour le 1/7, ira de pair avec la suppression de 11 % des effectifs et d'un tiers des agences. Dans la banque de réseau les deux banques détiennent ensemble 11 % du marché domestique. L'objectif à 3 ans est d'introduire en Bourse cette branche d'activité après restructuration et de ne garder que 10 % du capital. Malgré les réductions de coûts annoncées, la rentabilité d'un tel réseau sera difficile à améliorer dans le contexte allemand (forte concurrence et acteurs privés et semi-publics n'ayant pas les mêmes exigences de rentabilité). D'autant qu'avec l'émergence de l'Internet Banking, le réseau n'est plus vraiment un atout mais un poids face aux banques virtuelles qui, n'ayant pas de guichets, peuvent proposer des tarifs plus attractifs. La fusion vise aussi à concentrer l'activité du nouveau groupe sur la banque d'investissement et la gestion d'actifs. Mais comme les deux banques ont chacune des banques d'affaires présentes dans les mêmes métiers et ayant quasiment la même couverture géographique, cela générera des doublons. Cela permettrait certes de réduire les coûts, mais vu le contexte social allemand, ce sera difficile. Le nouveau groupe formé de 2 entités peu efficientes devrait être moins rentable que d'autres grandes banques. La difficile intégration de Bankers Trust (en 99) par la Deutsche Bank n'incite d'ailleurs pas à l'optimisme quant au succès de l'opération. Conserver cette action correctement évaluée, mais ne pas acheter.

DEUTSCHE BANK

L'annonce de la fusion a mis fin à la spéculation qui avait fait grimper le cours. Conserver.

Partagez cet article