Analyse
Genset il y a 16 ans - mardi 12 décembre 2000

GENSET - le portefeuille de gènes et les progrès thérapeutiques ont tout pour plaire mais le risque subsiste

· Biotechnologie
· Paris (Euro.NM)
· 66,50 EUR

La société biotechnologique française Genset cherche à présent à rentabiliser son imposant «portefeuille» de gènes (pas moins de 36.000 gènes font actuellement l’objet d’une demande de brevet) en développant elle-même des médicaments à partir de ces gènes.
Genset n’est qu’au début de cette stratégie, plus rémunératrice mais aussi plus risquée, mais les premiers signes sont encourageants. Ainsi, dans son domaine de prédilection qu’est le traitement de l’obésité, Genset procédera en 2001 aux tests cliniques sur la Famoxin mais une commercialisation éventuelle n’est pas envisagée avant 2005. Genset a par ailleurs mis en évidence une relation entre le diabète et l’obésité. Certains obèses présenteraient une malformation génétique induisant une production insuffisante d’insuline. Des avancées thérapeutiques devraient également découler de cette découverte pour ce type de diabète surtout présent dans les pays développés.
Les nouvelles ambitions de Genset reportent certes sine die les perspectives bénéficiaires mais pour se donner les moyens de ses ambitions, la société française a récolté de l’argent frais sous la forme d’un emprunt obligataire convertible à coupon zéro, n’entraînant donc pas de frais d’intérêt, ce qui lui a permis de multiplier pratiquement par quatre sa trésorerie au 30 septembre par rapport à fin 99.

Compte tenu de l’étendue de son portefeuille de gènes et des premiers signes d’avancées thérapeutiques, nous réitérons notre conseil d’achat, surtout après la baisse de ces derniers mois. Le risque est toutefois très élevé. ACHETEZ.

Partagez cet article