Analyse
Autonomy il y a 16 ans - mardi 20 février 2001

AUTONOMY - l’étoffement de l’offre et l’inclusion de la voix sont de bon augure pour l’avenir

· Gestion des connaissances
· Easdaq
· 1474 pence

Autonomy, la société britannique spécialisée dans les moteurs de recherche intelligents, a encore alimenté la polémique ces derniers temps.
Tout est parti d’une simple querelle entre le PDG et la communauté financière à propos de l’identité de personnes travaillant aujourd’hui pour Microsoft et identifiées - à tort - par un analyste d’une banque d’affaires comme des ex-employés d’Autonomy.
Au-delà de l’anecdote, cette polémique souligne la fragilité de la valorisation de certaines sociétés de croissance. La défection de quelques illustres inconnus pourrait-elle ainsi remettre en cause la valeur d’une société ? Cette chose impensable dans le chef d’une entreprise bien établie peut être légitimement envisagée en ce qui concerne une société née voici 5 ans à peine. Et ce, malgré des résultats tout à fait impressionnants.
Pour l’an dernier, le chiffre d’affaires a ainsi été multiplié par 3 alors que les marges ont encore progressé, que la perte de 99 s’est transformée en un bénéfice par action de 10 cents et que la société dispose d’un trésor de guerre non négligeable en ces temps de disette.
Mais au-delà de ces bons résultats, c’est surtout le lancement du nouveau produit AXE qui a retenu notre attention. Cette technologie permet en effet d’indexer automatiquement des documents XML et, chose plus importante encore, de comprendre la signification des index existants. Cette avancée est très importante selon nous car l’usage de plus en plus répandu du langage XML (qui permet de comprendre le contenu d’un document) pourrait remettre en cause la suprématie d’Autonomy au profit des moteurs de recherche « classiques » ainsi assistés de façon efficace dans leur recherche.

Cet étoffement de l’offre d’Autonomy, au même titre que l’inclusion de la voix, est de bon augure pour l’avenir. Néanmoins, même si le cours a fortement baissé ces derniers mois, l’action est encore trop chère pour être achetée. CONSERVEZ.

EVOLUTION D’AUTONOMY EN PENCE

Partagez cet article