Analyse
Barclays Bank il y a 17 ans - lundi 19 février 2001

BARCLAYS BANK : Résultats annuels

Barclays (2 310 pence), la 4e banque britannique, a augmenté son bénéfice par action (hors éléments exceptionnels) de 18,2 % en 2000, à 149,64 p. Ce résultat en ligne avec nos prévisions est dû surtout à la hausse de 13 % des actifs sous gestion et à l'acquisition de Woolwich (crédit immobilier). La banque ambitionne de doubler son bénéfice (distribuable) tous les 4 ans et de porter la part de l'international dans le chiffre d'affaires de 20 à 50 % dès 2001. Cependant, des objectifs aussi ambitieux ne peuvent selon nous être atteints que par une acquisition d'envergure, d'autant plus que le marché se sature et que les marges de Barclays seront encore plus sous pression si Lloyds TSB remporte la bataille sur son compatriote Abbey National (crédit immobilier). Mais pour réaliser cette acquisition, Barclays doit régler certains problèmes structurels. En effet, ses coûts sont encore trop élevés par rapport aux revenus (50 % en 2000 contre 40 % pour Lloyds). En outre, elle n'a pu encore enrayer la hausse des charges sociales (+ 5 % en 2000) ni celle des créances douteuses (+ 32 %), qui devient encore plus inquiétante du fait des importants crédits octroyés à des sociétés télécoms. Barclays améliore ses performances, mais sa stratégie est loin d'être ajustée aux objectifs fixés. Le secteur bancaire bouge intensément, et si elle ne met pas tout en oeuvre pour atteindre ses objectifs, elle risquerait de devenir une proie (ce qui ne serait pas une mauvaise chose). L'avenir de Barclays est très flou. N'achetez pas cette action correctement évaluée.

BARCLAYS BANK (en pence)

Les stratégies de Barclays Bank ne semblent pas convaincantes. Ne pas acheter.

Partagez cet article