Analyse
QUICKRESTAURANTS il y a 16 ans - lundi 12 mars 2001

QUICK RESTAURANTS : résultats annuels 2000 + plan stratégique radical

QUICK (en EUR)

Quick a reculé de plus de 50 % depuis son introduction en Bourse. Nous avons perdu confiance. Vendre.

Comme annoncé en décembre lors de la mise en garde sur les bénéfices, Quick (16,3 EUR) n'a pratiquement pas fait de bénéfice en 2000 (0,01 EUR par action). Si le chiffre d'affaires a augmenté de 2,1 %, c'est uniquement grâce à l'ouverture de 22 nouveaux restaurants, car dans les restaurants existants la vente a reculé de 1,4 %. En cause, la hausse des prix pétroliers (qui freine les dépenses des ménages), une résurgence de la crise de la vache folle, des coûts (fermetures, expansion en Hongrie et en Slavonie,...) et charges d'intérêt en hausse,... Un dividende de 25 BEF (0,62 EUR) a été proposé. L'année 2001 n'a pas bien commencé non plus, avec des ventes en recul de 4 % en janvier-février (vache folle), mais le groupe est "très confiant" pour le 2 nd semestre. Il espère faire revenir les clients, e.a. par une campagne d'information sur la qualité et la sécurité de ses produits. Dans une optique de long terme, Quick lance son énième plan stratégique radical. L'amélioration de sa rentabilité passe e.a. par l'obtention de meilleures conditions d'achat, la fermeture des restaurants non rentables et l'orientation vers des produits à marges plus élevées. De plus, le groupe va adapter son offre (moins de boeuf, plus de poisson, de salades, de produits végétariens,...) et tester de nouveaux concepts, p.ex. des "coins café". Plutôt qu'un simple restaurant à hamburger, le groupe va à terme devenir plutôt un restaurant rapide dans un sens plus large. Enfin, Quick va donner un coup de fouet à sa croissance, e.a. par la voie de la "master franchise" (franchise pour un pays entier, ce qui exige moins d'investissements) au Maroc et dans les DOM-TOM. Au total, 40 ouvertures sont prévues en 2001 . Le nouveau "plan radical", qui selon Quick portera pleinement ses fruits à partir de 2002, a un air de déjà vu et ne nous convainc pas. Nous ne voyons pas non plus de partenariat ou de reprise à court terme. Nous tablons sur un bénéfice par action de 0,4 EUR pour 2001 et de 1 EUR pour 2002. L'action est bon marché, mais nous vous conseillons de vendre, malgré la perte encaissée.



Partagez cet article