Analyse
ABN il y a 16 ans - lundi 21 mai 2001

ABN AMRO - Résultats premier trimestre - d'acheter à conserver (n'atteint pas ses objectifs)

Le groupe bancaire néerlandais ABN Amro (22,14 EUR) a vu son bénéfice se stabiliser au 1er trimestre par rapport au 4e trimestre 2000. En cause, la mauvaise conjoncture et une restructuration plus difficile que prévu (coûts plus élevés et synergies plus longues à générer). ABN Amro n'atteindra pas ses ambitieux objectifs (bénéfice par action en hausse de 17 % chaque année sur les 4 années à venir, figuration parmi les 5 premiers mondiaux). Le groupe devra même, pour ne pas rater un futur retournement de conjoncture, revoir plus clairement sa politique de recentrage sur ses métiers clés et sur ses marchés domestiques (Pays-Bas, Brésil, USA). Nous attendions de nombreuses précisions quant à ses stratégies : renforcement dans le domaine des fusions/acquisitions, exposition aux pays émergents à fort potentiel dans la banque d'investissement, expansion en Europe. Or rien n'a filtré jusqu'à présent. Selon nous, la concrétisation des rumeurs de mariage avec le britannique Barclays à un horizon de 2 ans serait une bonne chose, car les deux banques se compléteraient au niveau des activités et des marchés géographiques. Nous abaissons nos estimations bénéficiaires de 2,15 à 2,08 EUR par action pour 2001 et de 2,35 à 2,28 EUR pour 2002. La restructuration du groupe s'intensifie, mais les précisions sur les stratégies du groupe tardent à venir. Nous n'achèterions plus, mais vous pouvez conserver cette action bon marché.

ABN AMRO (en EUR)

ABN Amro subit une restructuration plus difficile que prévu et doit clarifier sa stratégie. Ne pas acheter, conserver.

Partagez cet article