Analyse
Bookham Technology il y a 16 ans - mercredi 2 mai 2001

BOOKHAM TECHNOLOGY: malgré des liquidités confortables, l’équilibre financier apparaît plus éloigné que jamais.

· Optoélectronique
· Londres
· 341,50 pence

Au vu des récents profit warnings publiés par la plupart des équipementiers télécoms (Nortel, Lucent, Cisco, etc.) suite à la baisse des dépenses par les sociétés télécoms, la chance de voir l’anglais Bookham surprendre positivement les investisseurs par ses résultats du 1er trimestre 2001 était faible. Et cela s’est malheureusement vérifié.
Malgré un chiffre d’affaires au 1er trimestre (11,6 millions GBP) conforme aux attentes formulées lors de la présentation des résultats annuels 2000, le spécialiste des composants de fibres optiques a en effet une fois de plus mis les investisseurs en garde. Les ventes pour le 2e trimestre devraient ainsi connaître une chute vertigineuse qui amène la société à prévoir une baisse des ventes de l’ordre de 25 à 40 % alors qu’elle parlait encore récemment d’une croissance nulle.
De plus, la visibilité dans le secteur de l’optique reste très faible. A titre d’exemple, Nortel et Lucent - tous deux clients de Bookham - ont refusé de communiquer leurs prévisions pour le reste de l’année, ce qui ne fait que troubler l’horizon de Bookham pour le 2e semestre. Une chose est sûre, Bookham reste extrêmement tributaire des commandes du canadien Nortel. Et si celui-ci venait à arrêter ses commandes, le chiffre d’affaires de Bookham pourrait fluctuer très vite d’un trimestre à l’autre. Les stocks de Nortel ne cessent en effet de s’accumuler et la société devrait d’abord liquider ses propres stocks avant de recommander des produits. Et comme les conditions dans le secteur de l’optique sont difficiles, cette correction pourrait très bien durer encore quelques trimestres… ce qui ne présage rien de bon pour Bookham.

Même si Bookham possède encore de confortables liquidités (188 pence par action pour être précis), il serait malvenu de fonder sa décision d’investissement sur ce seul critère. Car vu la nature capitalistique de son activité et le financement des lourdes pertes opérationnelles, les liquidités vont diminuer très vite. L’équilibre financier semble du reste plus éloigné que jamais. N’ACHETEZ PAS.

Partagez cet article