Analyse
Thales il y a 16 ans - lundi 28 mai 2001

THALES - Nouveau dans la sélection + Vente Alcatel Space

Le français Thales (ex-Thomson CSF; 47,40 EUR), spécialisé dans l'électronique militaire et civile, est organisé en trois pôles : défense (58 % du chiffre d'affaires), aéronautique (18 %) et technologies de l'information et des services (24 %). Sa stratégie vise à concentrer ses efforts sur l'amélioration de sa rentabilité (restructuration lancée en 1998) et à développer en priorité à l'international son pôle défense (acquisitions, partenariats). Le groupe compte aussi s'appuyer sur son expertise technologique militaire pour développer des applications civiles dans ses deux autres pôles. Depuis un an, dans un contexte difficile (restructuration du secteur de la défense en Europe), les progrès de Thales sont visibles. Son chiffre d'affaires a notamment progressé de 10,5 % (hors acquisitions) au premier trimestre. Après l'acquisition du britannique Racal (spécialiste du matériel de communication militaire), il est devenu un acteur de taille mondiale dans la défense. Cependant, les importantes acquisitions de ces deux dernières années ont fortement dégradé sa situation financière. De ce point de vue, la vente récente à Alcatel de sa participation, non stratégique, dans leur "joint venture" commune, Alcatel Space (en perte depuis deux ans) est une bonne opération : elle permettra à Thales de réduire son endettement. Nous tablons sur un bénéfice par action de 1,36 EUR (+ 25 %) pour 2001 et de 1,78 EUR pour 2002. Le carnet de commande de Thales est bien rempli, et sa stratégie d'acquisitions à l'international devrait porter ses fruits. Le groupe est bien placé pour remporter de gros contrats au Royaume-Uni (entre autres dans le domaine des télécommunications militaires). Enfin, la cession d'Alcatel Space réduit son endettement et, surtout, marque une nouvelle avancée dans son recentrage sur son métier de base. Cependant, vu les incertitudes toujours persistantes quant à la réussite de l'intégration de Racal et l'affaiblissement de l'économie mondiale, nous restons prudents. De plus, l'action est chère. Ne pas acheter, conserver si vous en avez.

THALES (en EUR)

La croissance du groupe est restée solide malgré le ralentissement économique. Trop chère pour acheter.

Partagez cet article