Analyse
Fortis il y a 17 ans - mardi 5 juin 2001

FORTIS B - Résultats premier trimestre

Le bancassureur belgo-néerlandais Fortis (28,45 EUR) est l’une des seules institutions financières à avoir limité le recul de son résultat (- 5 %) au premier trimestre par rapport à un premier trimestre record en l’an 2000. Ceci grâce, notamment, à la contribution de l’américain ASR, acquis en 2000, alors que la banque de détail a compensé les faibles performances de la gestion d’actifs, de la banque privée et de la banque d’investissement Hors éléments exceptionnels, et compte tenu d’un nombre accru d’actions en circulation, le bénéfice par action au premier trimestre a reculé d’environ 13 %. Mais l’inquiétante hausse des coûts a amené le groupe à durcir son plan de restructuration afin d’atteindre les objectifs fixés pour 2003 (e.a. une croissance du bénéfice par action de 12 %). Il en faudra hélas bien plus à nos yeux. Le groupe qui, en tant que banque, est uniquement actif dans le Benelux, un marché aux possibilités restreintes, doit impérativement viser une expansion internationale de l’ensemble de ses activités comme il l’a déjà fait pour son pôle Assurances aux USA où il se concentre sur des niches bien précises (assurance-obsèques, …). L’important endettement de Fortis limite toutefois ses possibilités de croissance par acquisitions. La solution pourrait dès lors venir d’un rapprochement avec un autre groupe comme le britannique HSBC qui n’a jamais caché son intérêt pour Fortis et qui pourrait lui apporter une complémentarité dans ses activités et marchés géographiques. Fortis doit réagir s’il veut atteindre ses objectifs. L’action est bon marché et compte tenu des rumeurs de mariage, nous vous conseillons de conserver l’action.

FORTIS (en EUR)

Fortis doit réagir s’il veut atteindre ses objectifs. Les rumeurs de mariage vont par ailleurs bon train. Conserver.

Partagez cet article