Analyse
Assurance il y a 16 ans - lundi 17 septembre 2001

ASSURANCE - Première victime des attentats du WTC

 

L'assurance est un des secteurs qui devraient le plus souffrir des attentats du 11 septembre. Le coût se chiffrera en dizaines de milliards de dollars pour les assureurs et surtout pour les réassureurs qui ont des intérêts plus ou moins importants aux Etats-Unis. Il faudra attendre quelques semaines pour connaître la valorisation exacte de ce désastre et surtout la répartition entre les différentes compagnies. Mais déjà nous pouvons dire que les plus touchés seront l'assureur britannique Lloyd's (différent de la banque Lloyd's TSB qui fait partie de notre sélection) et les réassureurs allemand Munich Re et suisse Swiss Re, en raison de leur forte présence aux Etats-Unis dans l'assurance-dommages. Et ces dommages sont conséquents : les avions écrasés, les tours du World Trade Center et le Pentagone détruits, sans compter les dommages causés par l'effondrement des deux tours et par les crash d'avions dans les alentours. Mais les compagnies devront aussi répondre aux demandes d'indemnisation dans le cadre de l'assurance accidents de travail, décès et vie, des assurances médicales, ou encore des assurances interruption d'affaires/pertes d'exploitation. Les grandes compagnies disposent des réserves nécessaires pour faire face, comme l'ont montré certains événements du passé (émeutes de Los Angeles en 1992, ouragan Andrew en 1992, attentat d'Oklahoma City en 1995,…). Par contre, certains petits assureurs américains risquent d'être très lourdement affectés et de devoir déposer leur bilan. Mais la facture sera certainement partagée avec l'Etat américain. En attendant, les titres du secteur de l'assurance se sont effondrés, faisant plonger l'indice sectoriel DJ Eurostoxx de 11,33 % le mardi 11 septembre. Parmi les plus touchés, Axa et Münchener Rück versicherung (Munich Re), qui font partie de notre sélection. Ces deux groupes sont suffisamment solides financièrement pour ne pas être mis en difficulté, mais à court terme leurs résultats souffriront certainement.

Axa (20,6 EUR; -21,1 % du vendredi 7/9 au vendredi 14/9) a vu son cours chuter de 13,3 % mardi et de 5,37 % mercredi. Le premier assureur mondial est présent en assurances vie et santé aux Etats-Unis (30 % du chiffre d'affaires de cette activité) via Axa Financial, dans lequel il a porté sa participation à 100 % il y a quelques mois. Une opération qui n'est pas intervenue au meilleur moment. Conserver.

Le cours de Münchener Rück (246 EUR; - 9,4 %) a chuté de 15,5 % mardi mais a rebondi de 6,45 % mercredi. Premier réassureur mondial, il est fortement exposé aux USA via Munich American Re et a déjà annoncé que sa facture pourrait s'élever à environ 1 milliard d'euros. Mais selon nous, le montant final sera plus élevé. Dommage, car la réassurance commençait à se reprendre après quelques grandes catastrophes ces dernières années. Ne pas acheter.

AXA / MUNICH RE (base 100)

Les cours d'Axa (gras) et Munich Re se superposent et suivent la tendance du secteur (v graphe sectoriel).

 

Partagez cet article