Analyse
Orchestream il y a 16 ans - mardi 23 octobre 2001

ORCHESTREAM - l’avenir de la société semble assurer jusque fin 2002 mais après…

· Logiciels de réseaux

· Londres

· 25 pence

Alors que voici quelques semaines, le fournisseur anglais de logiciels de réseaux débordait encore d’optimisme et n’hésitait pas à annoncer qu’il tirerait profit du ralentissement dans le secteur télécoms (cf. E-R 91), il nous informe aujourd’hui que son chiffre d’affaires au troisième trimestre sera nettement en deçà des prévisions. Après la conclusion avortée de plusieurs contrats aux Etats-Unis, le management ne compte en effet plus désormais que sur un chiffre d’affaires de 3,2 millions GBP, soit près de 40 % de moins qu’initialement prévu. Pour rappel, notons aussi que le chiffre d’affaires au second trimestre s’élevait à 4,7 millions GBP. La société souffre selon nous fortement de la concurrence féroce établie principalement aux USA. Les fournisseurs du secteur télécoms, Oracle et Nortel en tête, proposent en effet à leurs clients des composantes hardware et software dans un seul « package » alors qu’Orchestream ne fournit que la composante software.

Pour mettre un terme à la hausse galopante des charges, l’entreprise a par ailleurs annoncé des restructurations. Parmi les mesures, citons ainsi l’arrêt d’une partie des activités aux USA et au Canada, avec les réductions d’effectifs que cela implique. Orchestream prévoit à présent de sortir du rouge au cours du dernier trimestre 2002. Pour ce faire, le chiffre d’affaires devra cependant être triplé par rapport au niveau actuel, ce qui, dans le climat actuel, nous semble plutôt relever de l’utopie…

L’entreprise dispose actuellement des liquidités suffisantes pour rester opérationnelle jusque fin 2002 mais uniquement à condition d’atteindre ses objectifs optimistes, ce qui sera loin d’être évident. Le risque est trop élevé. N’ACHETEZ PAS.


ORCHESTREAM EN PENCE

 

Partagez cet article