Analyse
Vedior il y a 15 ans - lundi 8 octobre 2001

VEDIOR - Profit warning

Contrairement aux attentes, le néerlandais Vedior (8,6 EUR), n°2 européen de l'intérim, n'avait pas émis d'avertissement sur ses bénéfices lors de la publication de ses résultats semestriels en août dernier. Le groupe affichait alors encore une croissance interne de 9 % et une nouvelle amélioration de ses marges (4,6 % contre 4,3 % au premier semestre 2000). Mais, bien qu'il soit moins exposé aux Etats-Unis que ses concurrents (15 % du chiffre d'affaires) et qu'en outre il y soit actif surtout dans le travail spécialisé, moins cyclique, il a finalement été obligé de revoir ses prévisions à la baisse. Les très profitables activités IT souffrent en effet plus que prévu (- 30 % en juillet et août), et les activités françaises (45 % du chiffre d'affaires) stagnent. La progression d'environ 12,5 % (avant amortissements de goodwill) initialement prévue risque bien d'être réduite à zéro, et ce à condition que les perspectives économiques ne s'assombrissent pas encore davantage. Comme nos prévisions tenaient compte d'un scénario encore plus pessimiste que celui de Vedior, nous maintenons nos prévisions bénéficiaires à – 0,86 EUR par action. Pour 2002 nous abaissons nos prévisions de - 0,46 à - 0,55 EUR par action.
Le secteur de l'intérim sera certes un des premiers à profiter d'un redressement conjoncturel, mais comme il est actuellement tout à fait impossible de prévoir quand il aura lieu, nous préférons nous abstenir. L'action est correctement évaluée. Ne pas acheter.

VEDIOR (en EUR)

La dégradation de la conjoncture a incité Vedior à revoir ses pronostics trop optimistes. Conserver.

Partagez cet article