Analyse
Le géant Télécom Nokia repris dans notre sélection il y a 16 ans - lundi 12 novembre 2001

LE GEANT TELECOM NOKIA REPRIS DANS NOTRE SELECTION

Dès cette semaine, l'action Nokia fait son apparition dans notre sélection. Avec 34 % de parts de marché, le groupe finlandais est le premier fabricant mondial de téléphones portables. Il s'agit du second fournisseur d'infrastructures pour ce genre d'équipement derrière le suédois Ericsson.

Le secteur télécom en crise

Contrairement à la plupart des acteurs du secteur des télécoms, Nokia devrait annoncer des résultats positifs en 2001. Une belle performance lorsqu'on sait que les ventes de téléphones portables devraient baisser cette année, pour la première fois de leur histoire. Alors que ce marché avait progressé de 35 % en 2000, il devrait connaître un recul de quelque 5 % cette année. Cette baisse s'explique bien sûr par le taux d'équipement élevé de ce genre d'appareils dans certains pays, mais aussi par l'arrêt des subventions des ventes de portables par les opérateurs télécoms. Face à la chute soudaine de ce marché, les équipementiers n'ont pas eu le temps d'ajuster leur production, créant ainsi des surcapacités, et se sont lancés dans une guerre des prix.

Nokia, un acteur privilégié

C'est donc dans un environnement particulièrement difficile que Nokia est parvenu à faire des bénéfices, d'abord grâce à sa taille importante qui lui permet de produire à moindre coût, mais aussi grâce à son image de marque qui lui a permis de maintenir une politique de prix élevés. Au troisième trimestre, le groupe a d'ailleurs réussi l'exploit d'augmenter la rentabilité de sa branche portable, en ne concédant qu'une baisse de 3 % de sa part du marché mondial au terme des neuf premiers mois de l'année. Pour l'an prochain, le groupe souhaite reconquérir ses parts de marché et même atteindre 40 % en 2002.

Notre avis

Etant donné la suprématie du groupe Nokia sur le secteur, nous pensons que cet objectif est parfaitement réalisable. Cependant, cet accroissement ne pourra se faire qu'au détriment de la rentabilité. Par ailleurs, la forte baisse des marges du groupe dans les infrastructures télécoms devrait continuer à peser sur ses résultats en 2002. Pour l'année prochaine, nous tablons sur une légère baisse du bénéfice par action par rapport à 2002, de 0,75 à 0,71 euro. Compte tenu des conditions de marché et des perspectives actuelles, l'action nous semble chère.

Mieux vaut donc ne pas acheter l'action Nokia pour le moment.

COURS DE L'ACTION NOKIA
(en EUR)

Les révisions à la baisse successives des perspectives du marché des portables ont fait chuter le cours de Nokia, leader du secteur. L'action reste néanmoins chère selon nous. N'achetez pas.

 

Partagez cet article