Analyse
ASML il y a 16 ans - lundi 28 janvier 2002

ASML - le cours actuel semble anticiper un vif redressement sectoriel peut-être prématuré

· Semi-conducteurs

· Amsterdam

· 21,75 EUR

Dans ce que l’on appelle déjà le repli cyclique le plus spectaculaire de l’histoire de l’industrie des semi-conducteurs, les résultats de l’exercice écoulé (2001) publiés par le fournisseur néerlandais de systèmes lithographiques n’ont assurément rien d’étonnant. Les ventes ont reculé comme prévu de 40 % à 1,8 milliard EUR. Les lourdes charges de restructuration et l’arrêt de plusieurs chaînes de production chez SVG (Silicon Valley Group) ont engendré une perte par action de 1,03 EUR contre un bénéfice de 0,82 EUR l’année précédente. Pourtant, et malgré le ralentissement que connaît le secteur, ASML a continué d’investir dans la recherche et le développement. Un bon choix stratégique selon nous. En effet, au cours de l’année écoulée, le prix de vente moyen d’une machine signée ASML a augmenté de 20 %. Ceci reflète l’introduction de nouveaux systèmes technologiquement supérieurs qui permettent à la société néerlandaise de conserver le premier rang des parts de marché. En cas de reprise rapide de l’activité sectorielle, ceci devrait favoriser une amélioration des marges bénéficiaires plus sensible que dans le chef de la concurrence. Revers de la médaille : si le redressement dure plus longtemps que prévu, les fabricants de semi-conducteurs (surtout ceux qui ont du mal à joindre les deux bouts) pourraient opter pour des solutions meilleur marché. L’incertitude bât donc son plein. ASML n’envisage personnellement pas de reprise du marché avant le 2semestre. Les grands fabricants de puces comme Intel et Samsung ont déjà annoncé avoir revu drastiquement à la baisse leurs budgets d’investissement pour cette année. Or, un fournisseur de l’industrie des puces comme ASML dépend de ces budgets. Selon nous, ASML devrait toutefois tenir bon grâce à son offre de produits renommés et au renforcement de sa position dans des pays comme la Chine et le Japon, deux marchés importants pour l’industrie des puces.

Comme prévu, l’exercice 2001 s’est soldé par une perte. Pour 2002, l’image est plus floue. Selon nous, le cours actuel anticipe un vif redressement sectoriel qui, au vu de la surcapacité massive chez les fabricants de puces, est peut-être prématuré. CONSERVEZ.

 

Partagez cet article