Analyse
Almanij/Gevaert/KBL il y a 16 ans - lundi 25 mars 2002

ALMANIJ/GEVAERT/KBL - Résultats annuels 2001 + offre d'Almanij sur Gevaert

Almanij, qui détient déjà 79 % du capital de Gevaert, va lancer, probablement dans la 2e moitié d'avril, une offre inconditionnelle sur les actions restantes, à 48,10 EUR par action. Ce prix correspond plus ou moins à la valeur intrinsèque* de Gevaert (46,31 EUR d'après nos calculs) et est très honnête selon nous. L'opération s'inscrit dans le processus de simplification de la structure du groupe et pourrait en annoncer une autre plus radicale, p.ex. une fusion entre KBC et Kredietbank Luxembourgeoise (KBL) ou entre KBC et Almanij. Quoi qu'il en soit, la nouvelle a relégué les résultats au second plan. Comme prévu, ils ne sont pas excellents. Le bénéfice d'Almanij (40,08 EUR) a quasiment diminué de moitié en 2001 et même si on ne tient pas compte de la plus-value exceptionnelle réalisée en 2000 sur la participation dans CCF, il est encore en recul de 25,9 %, à 3,67 EUR par action. Le bénéfice des activités d'assurance (KBC, v. BH 1058) a crû de 12,4 %, mais celui du pôle bancaire a fortement souffert de la hausse des provisions pour crédits douteux. Nous abaissons notre estimation bénéficiaire pour 2002 de 4,82 à 4,18 EUR par action. Pour 2003 nous tablons sur 5,17 EUR. L'action est bon marché et sa décote par rapport à sa valeur intrinsèque est de ± 22 %. Acheter. KBL (120 EUR), filiale à 60 % d'Almanij, a néanmoins vu son bénéfice augmenter de 8,1 % à 9,50 EUR par action, mais surtout grâce à ses récentes acquisitions. Nous rehaussons nos estimations bénéficiaires pour 2002 de 8,25 à 9,60 EUR par action et tablons sur 11 EUR pour 2003. L'action privilégiée est bon marché, mais nous n'achetons pas en raison du manque de transparence de la banque. Conserver. Gevaert (47,63 EUR) affiche une perte de 3,05 EUR par action, due essentiellement aux restructurations d'Agfa-Gevaert et du groupe de médias VUM ainsi qu'à des réductions de valeur (e.a. sur le groupe allemand de construction Philipp Holzmann, en faillite). Nous relevons légèrement nos estimations bénéficiaires pour 2002, de 0,90 à 0,95 EUR par action, et misons sur un redressement, à 1,62 EUR, en 2003. L'action est correctement évaluée et peut rester en portefeuille en attendant l'ouverture de l'offre.

ALMANIJ / GEVAERT

Depuis la métamorphose de mi-97, Almanij (gras) et Gevaert évoluent quasi en parallèle. Acheter Almanij.

Partagez cet article