Analyse
Nokia il y a 15 ans - lundi 22 avril 2002

NOKIA  - Résultats 1er trimestre 2002

Le finlandais Nokia (19,57 EUR), leader mondial des téléphones portables, a revu à la baisse ses prévisions de croissance du chiffre d'affaires pour 2002 (4 à 9 % contre 15 % précédemment), malgré un bénéfice par action supérieur aux attentes au 1er trimestre (0,18 EUR). En cause, le changement de stratégie des opérateurs télécoms, qui retardent leurs investissements dans les infrastructures UMTS, ainsi que les réticences des consommateurs à acheter les nouveaux appareils adaptés au GPRS. Finalement la forte hausse des ventes de ces derniers en décembre n'aura été qu'un feu de paille. Nokia a même réduit son estimation du marché mondial des ventes de portables en 2002, ce qui assombrit une nouvelle fois les perspectives de croissance du marché des équipements, d'autant plus que la mise en service de l'UMTS ne cesse d'être reportée. Malgré tout, le groupe a pu améliorer sa profitabilité par rapport à l'an dernier (bonne maîtrise des coûts et lancement de nouveaux produits à marge plus élevée). La direction a annoncé que Nokia ne sacrifierait pas sa profitabilité en 2002 pour gagner des parts de marché dans les téléphones mobiles (37 % en 2001) mais n'abandonnait pas non plus son objectif à long terme (40 %). Compte tenu de ces déclarations et alors que nous avions déjà anticipé la faiblesse du marché, nous rehaussons nos estimations bénéficiaires de 0,66 à 0,70 EUR par action pour 2002 et les maintenons inchangées à 0,84 EUR pour 2003. Nokia est le groupe le plus rentable et le mieux géré du secteur, mais les perspectives de ce marché ne cessent de s'assombrir. En outre l'action est chère. Ne pas acheter.

NOKIA (en EUR)

Le flux de mauvaises nouvelles sur le marché des télécoms pèse sur Nokia, pourtant encore chère. N'achetez pas.

Partagez cet article