Analyse
Picogiga il y a 16 ans - lundi 8 avril 2002

PICOGIGA - le français fonde tous ses espoirs sur ses nouveaux produits mais nul ne sait si la demande suivra

· Semi-conducteurs

· Paris NM

· 4,08 EUR

Comme prévu, le fabricant français de semi-conducteurs à base d’arséniure de Gallium a enregistré au 4e trimestre (clôturé le 31 décembre) un chiffre d’affaires d’à peine 3 millions EUR, soit une baisse de 60 % par rapport à la même période un an plus tôt. Picogiga clôture ainsi l’exercice 2001 sur un mode mineur, exercice au cours duquel les ventes ont reculé de 15 % à 15 millions EUR. Nous ne disposons pas d’informations plus précises sur les résultats mais selon nous, des pertes considérables ont été enregistrées l’année dernière (1,03 EUR par action). Alors que le groupe français avait profité pleinement de l’explosion du marché de la téléphonie mobile en l’an 2000, il a assurément péché par un manque de créativité pour apporter une réponse à la saturation de ce même marché en 2001. Ce n’est que récemment qu’il a fait part de son intention d’investir de manière agressive dans la production de nouveaux semi-conducteurs composés (à base de divers éléments chimiques) pour différents champs d’application comme les composants optiques pour réseaux télécoms en zones urbaines, lecteurs DVD et radars de détection pour l’industrie automobile. Ces nouveautés sont attendues dans le courant du 2e trimestre. Reste maintenant à savoir si ce n’est pas déjà trop tard. Les semi-conducteurs composés dans ces domaines sont déjà présents sur le marché depuis un certain temps. De plus, ils peuvent être produits à l’aide de procédés de production plus performants (e.a. MOCVD) que celui appliqué par Picogiga (MBE). Picogiga a aussi annoncé son projet de céder Picopolish, une filiale spécialisée dans le recyclage des tranches de silicium et acquise au 2semestre 2000 seulement. L’unité de production en Suisse est fortement déficitaire et la situation financière de Picogiga n’est guère de nature à pouvoir supporter une source supplémentaire de pertes. Elle affiche en effet une lourde dette de près de 50 millions EUR et sans financement supplémentaire, Picogiga s’exposera à d’importants risques financiers.

Picogiga fonde tous ses espoirs sur ses nouveaux produits mais nul ne sait si la demande suivra. De plus, la délicate situation financière suscite de nombreuses interrogations. N’ACHETEZ PAS.

 

Partagez cet article