Analyse
Gemplus il y a 16 ans - lundi 13 mai 2002

GEMPLUS - Résultats trimestriels

Le français Gemplus (1,50 EUR), n°1 mondial des cartes à puce, a comme prévu subi une perte courante de 0,06 EUR par action au 1er trimestre. En cause surtout, la division télécoms (principalement cartes SIM pour téléphones portables), qui génère 69 % du chiffre d'affaires du groupe et qui souffre de la concurrence asiatique (pression sur les prix des cartes SIM bas de gamme). De plus, le groupe n'a pas encore complètement écoulé son stock de microprocesseurs achetés au prix fort en 2000, ce qui pèse lourdement sur sa rentabilité. La direction espère un retour aux bénéfices au 4e trimestre grâce à l'épuisement de ce stock et à la restructuration annoncée en février (suppression de 1 000 emplois, soit 15 % des effectifs). La partie ne sera pas facile, car les conditions du marché, notamment dans la mobilophonie, restent très difficiles (cf. avertissements sur les bénéfices de poids lourds comme Nokia et Ericsson). En outre, la position concurrentielle du groupe s'est dégradée en 2001 (perte de 4 % de parts de marché). Gemplus dispose de suffisamment d'atouts pour surmonter ses difficultés à terme : positions de marché solides (malgré le léger fléchissement), capacité en R&D reconnue, solidité financière. Mais le chemin devrait être long. Action correctement évaluée. Conserver.

GEMPLUS (en EUR)

La chute de la mobilophonie a fait sombrer le cours, mais Gemplus reste un acteur solide du secteur. Conserver.

Partagez cet article