Analyse
Schneider il y a 16 ans - lundi 15 juillet 2002

SCHNEIDER - Vente Legrand

SECTEUR: industrie
BOURSE: Paris
COURS: 45,25 EUR
RISQUE: **

Le français Schneider (matériel électrique et d'automatisme industriel), est finalement sur le point de vendre Legrand au consortium Wendel pour 3,6 milliards EUR. L'objectif est de finaliser la cession au plus tard en décembre 2002. Schneider s'est cependant réservé le droit d'annuler la vente au cas où le Tribunal de 1re instance de l'Union européenne casserait la décision de la Commission européenne d'octobre 2001 (veto sur l'achat de Legrand par Schneider). Dans ce cas, Schneider payerait à Wendel une indemnité de ± 0,75 EUR par action. Cet accord est positif, car il élimine l'incertitude liée au prix de vente de Legrand. En effet, même si Schneider devrait enregistrer une moins-value importante (il avait acquis Legrand en 2001 à 5,4 milliards EUR), celle-ci est moins forte que prévu. De plus, la moins-value enregistrée en 2002 (400 millions EUR, car le groupe avait déjà provisionné près d'1,4 milliard EUR en 2001) devrait au moins être compensée par le crédit d'impôt sur cette moins-value. Reste à savoir comment Schneider utilisera le cash issu de la vente (acquisitions à bon compte, rachat d'actions propres, dividende exceptionnel ?). Si une décision tardait à cet égard, cette trésorerie pourrait faire de Schneider un cible idéale p.ex. pour l'américain General Electric ou l'allemand Siemens. La conjoncture reste difficile dans le secteur et la reprise se fait attendre. Mais Schneider résiste bien et est moins risquée que la moyenne du secteur (faible endettement, non-exposition à l'amiante,…). Nous maintenons nos estimations bénéficiaires inchangées à 2,11 EUR par action pour 2002 et 2,67 EUR pour 2003. Action correctement évaluée. Acheter.

SCHNEIDER (en EUR)

Bonne résistance à la crise et profil moins risqué que la moyenne du secteur : acheter.

Partagez cet article