Analyse
KPN il y a 15 ans - lundi 26 août 2002

KPN - Résultats trimestriels

SECTEUR: opérateur télécoms
BOURSE: Amsterdam
COURS: 5,64 EUR
RISQUE: ****

Après avoir jadis caressé le rêve de devenir le n°3 européen de son secteur, KPN, rattrapé par sa dette et l'éclatement de la bulle télécoms, continue la purge de ses comptes et sa cure d'amaigrissement. La perte de 3,90 EUR par action (compte tenu des éléments exceptionnels) enregistrée au 2e trimestre est ainsi due essentiellement à des réductions de valeur sur les investissements UMTS hors des Pays-Bas. C'est p.ex. le cas en Allemagne, où la position du groupe dans la mobilophonie (au travers de sa filiale E-Plus) est faible (13 % de part de marché) et où il ne peut plus compter pour partager les coûts de lancement sur l'espagnol Telefonica et le finlandais Sonera, qui ont gelé leurs investissements dans ce pays. KPN cherche également à réduire ses investissements dans la mobilophonie de 3e génération en Grande-Bretagne, mais il aura du mal à vendre les 15 % qu'il y détient dans une joint-venture. Hors éléments exceptionnels, la situation s'améliore. Alors qu'au 2e trimestre de l'an dernier la perte courante+ atteignait encore 0,29 EUR par action, elle n'est plus que de 0,03 au 2e trimestre 2002. Le chiffre d'affaires a augmenté de 4 % (hors faillite de KPN-Qwest et désinvestissements). Autre élément positif, les coûts diminuent, ce qui se traduit pour le groupe en liquidités qui devraient lui permettre de réduire son endettement plus rapidement que prévu, à moins de 14 milliards EUR cette année (alors que l'objectif initial était de ± 15 milliards EUR), ce qui reste cependant un montant très élevé. KPN joue la transparence pour regagner la confiance des investisseurs. Mais sa situation financière reste fragile, même si le risque de faillite semble écarté, au moins provisoirement. Restez à l'écart de cette action chère.

KPN (en EUR)

Après l'éclatement de la bulle télécoms, KPN est engagé dans une opération survie. Restez à l'écart.

Partagez cet article