Analyse
Metro il y a 16 ans - lundi 12 août 2002

METRO (12/08/2002)

Au cours du deuxième trimestre, le distributeur allemand Metro (27,00 EUR) a vu son chiffre d'affaires croître de 1,6  %, tandis que le bénéfice reculait de 12,5 %. Pour la première moitié de l'année, ces chiffres sont respectivement de + 3,4 % et -90,7 %. Ces chiffres, faibles à première vue, nécessitent un examen plus éclairé. Les résultats n'ont certainement pas été mauvais, si on les compare au marché allemand, très difficile, sur lequel le groupe réalise toujours 54,1 % de son chiffre d'affaires et ou Metro gagne encore des parts de marché. De plus, les résultats de Metro pour le premier semestre ne sont pas représentatifs des résultats de l'année entière (en 2001 : 46,6 % du chiffre d'affaires et 8,4 % seulement du bénéfice du groupe ont été enregistrés au cours du premier semestre !). C'est surtout le quatrième trimestre, avec les fêtes de fin d'année, qui est décisif. Le groupe travaille de plus activement à un programme d'expansion à l'étranger (45 magasins supplémentaires au premier semestre) et le coût de démarrage pèse lourdement sur les résultats. Enfin, les taux de change jouent aussi leur rôle, même si c'est dans une mesure moindre que pour d'autres groupes internationaux de distribution. En ce qui concerne les diverses activités, comme auparavant, les parents pauvres restent les supermarchés (Extra), les magasins de bricolage (Praktiker) et les grands magasins (Galeria Kaufhof, Inno), tandis que le "commerce en gros" de Makro et Cash & Carry's Metro fait toujours office de poule aux oeufs d'or. Les magasins d'électronique (Media et Saturn) font de bonnes affaires à l'étranger et leur situation sur le marché allemand semble connaître une embellie. Les hypermarchés (Real) continuent de peiner, mais résistent relativement bien.

Pour l'année entière, le groupe revoit ses objectifs de croissance du chiffre d'affaires. De 6 %, il est passe à 5,5  - 6 % (vu l'effet des taux de change). Il maintient son but de croissance du bénéfice par action à 10 %. De notre côté, nous gardons inchangées nos prévisions de bénéfice pour 2002 à 1,35 EUR par action (+ 9,8 %) et à 1,48 EUR pour 2003 (+ 9,6 %). L'action est correctement évaluée, mais vu la structure peu cohérente du groupe, (peu de possibilités de synergie), nous ne sommes pas acheteur.

Partagez cet article