Analyse
Les banques au secours de Marconi il y a 15 ans - lundi 2 septembre 2002

LES BANQUES AU SECOURS DE MARCONI

L'acceptation par les banques d'échanger la majeure partie de leurs créances contre des actions a sauvé l'équipementier télécoms britannique Marconi de la faillite. Les actionnaires, eux, font grise mine. Ils ne récupèrent en effet que 0,5 % du capital de l'entité ainsi restructurée et des warrants leur permettant d'acheter 5 % du capital… sous certaines conditions. Pour rappel, Marconi, joyau déchu de l'industrie britannique, ne s'est jamais remis de graves erreurs stratégiques avec, notamment, de coûteuses acquisitions au moment où le marché des télécoms entamait sa descente aux enfers. Cachant la délicate situation financière et tablant désespérément sur une reprise de l'activité qui n'est jamais venue, la direction avait alors abusé de la confiance des investisseurs. Aujourd'hui, toutes les questions convergent vers l'avenir du groupe restructuré. Le risque de faillite n'existe certes plus à court terme mais l'horizon reste extrêmement flou pour le marché des télécoms, en attestent les derniers communiqués de ténors du secteur comme Ericsson, Nortel ou encore Alcatel. De plus, le groupe dont le chiffre d'affaires ne cesse de reculer (- 20 % par rapport au trimestre précédent et – 48 % par rapport à l'année dernière) a été contraint de réduire radicalement ses dépenses en recherche et développement (R&D), ce qui constitue assurément un sérieux handicap dans ce secteur. Pour tout dire, l'avenir du modeste groupe Marconi dans un secteur très concurrentiel et déprimé ne s'annonce guère serein. Nous ne suivrons donc plus cette société dans nos colonnes.

Partagez cet article