Analyse
Vivendi Universal il y a 14 ans - lundi 2 décembre 2002

VIVENDI UNIVERSAL - Le groupe s'offre un second souffle, mais la situation reste précaire

SECTEUR: média et loisirs
BOURSE: Paris
COURS: 16,39 EUR
RISQUE: *****

Depuis début juillet, date à laquelle nous conseillions de vendre Vivendi Universal (VU), vu l'endettement excessif de la société et ses problèmes de trésorerie, le danger de faillite à court terme a été écarté, grâce à quelques importantes décisions. Mis à part la vente, récemment annoncée, de la moitié des 40,8 % que VU détient dans Vivendi Environnement (VE), la nouvelle direction a aussi cédé d'autres actifs depuis le 1er juillet, pour quelque 5 milliards d'euros. Ces ventes devraient permettre à la dette de se réduire, d'ici la fin de l'année, à 13,9 milliards d'euros (contre 18,6 fin septembre), ce qui reste beaucoup trop. En outre, VU devrait débourser 4 milliards d'euros en 2003 pour racheter les 26 % de Cegetel actuellement détenus par BT. La direction prévoit donc de poursuivre les désinvestissements (introduction en Bourse de Canal Plus France, par exemple), pour limiter la dette à 10,9 milliards d'euros fin 2003 et à 7,6 milliards d'euros un an plus tard. Sur ses cinq mois de fonction, la direction n'a quasi rien dit de sa stratégie future ou de ses activités clés, mais elle a eu le mérite de rassurer les banquiers et de se donner un ballon d'oxygène pour construire un groupe, plus petit sans doute, mais moins hétérogène. Le risque de faillite est écarté à court terme et la politique bénéfique des désinvestissements s'affermit. A notre avis, la valeur totale des actifs est supérieure à la valorisation boursière actuelle. Mais VU fait encore l'objet d'enquêtes de la part des autorités de contrôle et la situation globale est loin d'être parfaite. Si un risque non négligeable ne vous effraie pas, vous pouvez acheter, mais uniquement à titre spéculatif.

VIVENDI UNIVERSAL (en EUR)

Les désinvestissements actuels rendent une petite marge au groupe et peuvent justifier un achat spéculatif.

Partagez cet article