Analyse
Electrabel il y a 14 ans - lundi 30 juin 2003

ELECTRABEL

SECTEUR: énergie, serv. collectiv.
BOURSE: Bruxelles
COURS: 219,60 EUR
RISQUE: *

Electrabel a annoncé qu'il ne rachètera pas à sa maison mère Tractebel (son actionnaire à 46,5 %) la filiale TIM (Tractebel Installations & Maintenance), dans laquelle est e.a. englobée Fabricom. Tractebel aurait estimé qu'aucune des différentes offres de rachat ne donnait satisfaction à ses exigences sur le prix. Pour rappel, depuis fin 2002, Electrabel étudie la reprise de différents actifs de Tractebel, une opération qui ferait d'Electrabel l'unique pôle de développement énergétique en Europe du groupe Suez. Le prix de TIM aurait probablement représenté 35 à 40 % de la transaction. Mais il est légitime de douter quant au prix qu'Electrabel aurait dû payer à sa maison mère, laquelle tente de mettre la main sur les importantes liquidités d'Electrabel (±3,8 milliards d'euros) pour les affecter où bon lui semble (e.a. à la réduction de sa dette). La suspension du projet est donc une bonne nouvelle pour Electrabel. Reste à voir ce qu'il adviendra des projets de reprise d'autres actifs tels que Tractebel Energie Services, Tractebel Engineering et les participations de 47 % dans Fluxys et Distrigaz. Même si, pour ces deux dernières, le prix fera l'objet de moins de doutes (fixé sur base des cours de bourse soit ±545 millions d'euros), elles ne représenteront que 15 à 20 % des actifs à l'étude. Les craintes d'abus dans la reprise d'actifs s'amenuisent, mais n'ont certainement pas disparu. De plus, vu les incertitudes liées à la libéralisation du marché de l'énergie, nous ne sommes pas du tout acheteurs de ce titre correctement évalué. Seul le dividende attendu élevé (5,07 EUR net) nous incitent à conseiller de le conserver.

ELECTRABEL (en EUR)

 

Malgré la libéralisation du marché et les intentions de Suez, le cours se maintient, soutenu par le dividende.

 

Partagez cet article