Analyse
Schneider il y a 14 ans - lundi 25 août 2003

SCHNEIDER

SECTEUR: industrie & services
BOURSE: Paris
COURS: 49,03 EUR
RISQUE: **

Le producteur d'équipements électriques et d'automatismes a publié des résultats supérieurs aux attentes au 1er semestre. La maîtrise des coûts a permis de maintenir une rentabilité élevée (10,4 % de marge opérationnelle contre 10,8 % en 2002), malgré un chiffre d'affaires en baisse de 7 % et la force de l'euro. Le bénéfice net augmente de 11 %, grâce notamment à la baisse des charges financières. Vu ces résultats, le groupe entend durcir sa restructuration : 1 000 nouvelles suppressions d'emplois en Europe et délocalisation de l'outil vers les pays émergents, pour profiter d'une main d'oeuvre bon marché et renforcer la croissance assurée par ces régions ces dernières années (en Europe et en Amérique du Nord le marché du bâtiment non-résidentiel reste déprimé). Par ailleurs, le groupe compte procéder à des acquisitions sélectives, destinées e.a. à diversifier son offre. Le rapprochement récent avec le suédois TAC (automatismes) va dans ce sens. Si la restructuration pèsera sur les résultats à court terme (charge de ±0,6 EUR par action en 2003, intégrée dans nos prévisions), elle permettra d'approcher l'objectif de 14 % de marge opérationnelle. Mais il nous paraît impossible qu'il soit atteint en 2004, comme le vise la direction. La restructuration bien menée a permis de dégager des résultats semestriels meilleurs qu'attendus. Nous relevons dès lors nos prévisions de bénéfice par action à 1,95 EUR pour 2003 (contre 1,88 auparavant) et à 2,32 EUR pour 2004 (contre 2,27). Action correctement évaluée. Achetez.

SCHNEIDER (en EUR)

De nouvelles restructurations et la délocalisation vers les pays émergents devraient stimuler le cours. Achetez.

Partagez cet article