Analyse
Gucci il y a 13 ans - lundi 5 avril 2004

GUCCI

SECTEUR: luxe
BOURSE: Amsterdam
COURS: 70,30 EUR
RISQUE: **

Voici un an et demi, nous vous conseillions d’acheter des titres du groupe de luxe italien Gucci (C&R 1088 ). Petit rappel. En septembre 2001, le n°1 mondial du luxe LVMH et le n°1 européen de la distribution spécialisée Pinault-Printemps-Redoute (PPR) parvenaient enfin à un accord après une interminable bataille juridico-boursière pour le contrôle de Gucci : moyennant le rachat de la participation de LVMH dans Gucci, PPR s’engageait à acquérir les parts minoritaires de l’italien au prix de 101,50 USD en mars 2004. A la date de notre conseil, l’action Gucci cotait à 89 USD (91,60 EUR), soit un rendement de plus de 15 %. Plutôt intéressant si l’on se souvient de la délicate période boursière que traversaient les investisseurs à l’époque. La probabilité d’un rachat par PPR nous semblait alors plus qu’élevée et le temps nous a donné raison puisque PPR a annoncé récemment le lancement de son offre sur les titres Gucci entre le 2 et le 29 avril. Le prix proposé est de 85,52 USD compte tenu du dividende exceptionnel de 13,50 EUR versé en octobre 2003 (C&R 1122 ). Hélas, si tout semble s’être déroulé comme prévu, il n’y a pas de quoi crier victoire car outre le risque que PPR ne mène pas son offre à bien, il existait aussi un risque devise. L’investisseur européen qui effectue ses opérations en euro et se voit proposer des dollars court toujours le risque d’une dépréciation de la devise et… nous avions mal apprécié ce risque. Ce qui était peu probable, s’est produit. La baisse du dollar américain face à l’euro a en effet gommé la performance de cet investissement qui s’établit aujourd’hui à - 9,89 % !

Deux solutions s’offrent désormais à vous. La première consiste à apporter vos titres à l’offre malgré la perte. La seconde consisterait à conserver les titres Gucci en misant sur la reprise du secteur du luxe. Seulement voilà, l’offre de PPR risque bien de réduire considérablement la liquidité des actions Gucci, si bien qu’au final, quand bien même la reprise du secteur du luxe redonnerait des couleurs à cet investissement, il sera sans doute très difficile de revendre vos actions. Nous vous conseillons donc d’apporter vos titres à l’offre.

EVOLUTION DE GUCCI EN EUR

 

Partagez cet article