Analyse
Alstom il y a 13 ans - jeudi 15 juillet 2004

Avec l’aval de la Commission européenne, Alstom assure sa survie en lançant une augmentation de capital. L’effet sera-t-il durable ?

Cours au moment de l'analyse : 0,73 EUR

Alstom lance sa 3ème augmentation de capital en 2 ans.

A peine a-t-il obtenu l'accord de la Commission européenne sur son plan de sauvetage qu’Alstom lance sa 3ème augmentation de capital en 2 ans.

 L’opération, qui aura l’inconvénient de multiplier par près de 5 le nombre d'actions en circulation et de réduire ainsi le bénéfice par action, est indispensable au redressement du groupe. L’afflux de fonds renforcera la structure financière et l'entrée de l'Etat français dans le capital (31,5 %) restaurera la confiance. La survie est donc assurée pour un temps. Néanmoins, l’accord de la Commission est assorti de conditions qui pourraient nuire au développement futur. D'une part, Alstom doit céder des activités représentant ± 10 % de son chiffre d'affaires; d’autre part, il doit nouer des partenariats industriels dans les 4 ans dans des activités stratégiques comme le transport et l'énergie (p. ex. les turbines hydrauliques). Et pour de telles négociations, si Alstom n’améliore pas ses performances opérationnelles, il risque de se trouver en position de faiblesse. Car si, pour l'heure, les commandes sont encourageantes, on ne sait rien de leur niveau de rentabilité. L'objectif de marge opérationnelle de 6 % fixé pour 2005-06 (contre 1,8 % en 2003-04) nous paraît ambitieux.

Alstom est assuré de sa survie pour quelque temps, mais n’offre pas de garantie de redressement durable : l'amélioration de ses performances ne sera pas simple et aucune stratégie claire n’est avancée. Nous maintenons dès lors le niveau de risque à ****. Action chère. N’achetez pas.

 

Partagez cet article