Analyse
General Motors il y a 13 ans - lundi 18 octobre 2004

Le numéro un mondial de l’automobile est contraint de prendre le taureau par les cornes.

Cours au moment de l'analyse : 38,95 USD

Résultat trimestriel décevant

Le résultat du troisième trimestre (bénéfice par action de 0,78 USD) est très décevant. Tant en Amérique du Nord (59 % du chiffre d’affaires) qu’en Europe (15,5 %), il est dans le rouge. Pour redresser la barre en Europe, le groupe ne compte plus uniquement sur le lancement de nouveaux modèles, mais prévoit une rationalisation. Elle permettra une économie de 600 millions de dollars par an dès 2006 (±0,9 USD par action avant impôts), laquelle servira en grande partie à offrir des ristournes ou des équipements aux clients. Mais bien que la capacité de production soit supérieure à la demande (pénalisée depuis quelques années par la concurrence) aucune fermeture d’usine ne semble prévue. L’évolution des résultats aux USA sera donc déterminante, mais ce qui s’y passe ne porte guère à l’optimisme : baisse de la production, hausse des taux (qui renchérit les achats à crédit) et hausse du prix des matières premières. Pour 2004, nous réduisons nos estimations de bénéfice par action à 5,3 USD (contre 5,7 auparavant). Pour 2005, nous prévoyons 4,7 USD (contre 5,5). Ces chiffres tiennent compte du recul de la production et de la demande ainsi que du coût de la rationalisation en Europe (1 à 1,5 USD par action sur 2 ans selon nous).

Le cours intègre en partie les difficultés attendues, mais nous ne voyons pas ce qui pourrait soulager le groupe ces prochains mois. Néanmoins, l’action est bon marché et le dividende devrait se maintenir (son rendement avoisine 5 % brut). Conservez.

Partagez cet article