Analyse
VNU il y a 13 ans - lundi 11 octobre 2004

Le groupe d’édition néerlandais se débarrasse de son activité « annuaires ».

Cours au moment de l'analyse : 21,81 EUR

Une opération peu avantageuse

Le groupe néerlandais, actif au niveau mondial dans le secteur de l’édition, a annoncé fin septembre qu’il vendrait d’ici la fin de l’année pour ±2 milliards d’euros sa division annuaires téléphoniques (Pays-Bas, Belgique, Irlande, Portugal, Roumanie, Afrique du Sud et Puerto Rico). L’opération qui peut sembler bonne à première vue, prive VNU de la division la plus rentable des quatre sur lesquels il est concentré. Les trois autres sont les publications pour les secteurs du marketing, des médias et des affaires. Le produit de la cession servira à rembourser une partie de la dette. La transaction n’aura pas d'impact sur les chiffres 2004 (hors plus-value non communiquée), mais pénalisera le bénéfice 2005, car les annuaires rapportaient plus que l’économie d’intérêts réalisée par le remboursement de la dette.

Nous estimons ainsi que le bénéfice 2005 (tenant compte des normes IFRS ) sera de 10 % inférieur à ce que nous prévoyions précédemment et l’évaluons à 1,79 EUR par action (contre 1,96 auparavant). L'opération aurait, selon nous, eu plus de sens si elle avait servi à investir dans un projet prometteur, plutôt qu'à rembourser une dette pas exagérément lourde. N'achetez pas. Conservez.

Partagez cet article