Analyse
Suez il y a 12 ans - lundi 8 novembre 2004

Le groupe français de services aux collectivités place ses pions pour la future libéralisation des marchés.

Cours au moment de l'analyse : 18,31 EUR

Sur de bons rails !

Le français est sur de bons rails : sur les 9 premier mois de 2004, son chiffre d’affaires a gagné 2,5 % et au troisième trimestre, sa croissance interne s’est légèrement accélérée (5,8 % contre 5,2 % au premier semestre).
Néanmoins, dans son activité environnement (eau et propreté), elle reste faible (+2 %), pénalisée par le recentrage sur l’Europe (moins dynamique) et par l’abandon de contrats peu rentables. Pour corriger cette faiblesse, Suez compte beaucoup sur des contrats en Chine. En revanche, dans l’énergie  (70 % du chiffre d’affaires), la croissance reste solide (+6,8 %). Et à l’avenir, Suez entend profiter de la libéralisation des marchés de l’électricité et du gaz pour étendre son réseau en Europe, en particulier en France où la bataille avec EDF promet d’être rude. Pour le court terme, la lenteur du processus limite l’impact, mais pour le plus long terme, Suez place ses pions. Il se renforce dans ses filiales belges Distrigaz (distribution de gaz) et Fluxys (transport de gaz). Chez Electrabel (détenue à 50,1 %), il accroît son emprise, par des changements de dirigeants. Néanmoins, selon nous, le niveau encore élevé de la dette de Suez écarte une offre sur Electrabel à court terme.

Recentré sur ses métiers stratégiques (énergie et environnement) et débarrassé de ses contrats peu rentables, Suez semble bien reparti. Nous maintenons nos prévisions de bénéfice courant par action à 0,95 EUR en 2004 et 1,3 EUR en 2005 (tenant compte des normes IFRS ). Titre correctement évalué. Achetez.

Partagez cet article