Analyse
ASML il y a 12 ans - vendredi 21 janvier 2005

Le premier fabricant mondial de machines lithographiques pour la production de semi-conducteurs a apporté une fois de plus la preuve de la pertinence de son modèle économique !

Cours au moment de l'analyse : 11,53 EUR

Le ralentissement à court terme ne remet pas en cause les perspectives à long terme.

ASML a apporté une fois de plus la preuve de la pertinence de son modèle économique ! C’est assurément le moins que nous puissions écrire à la lecture des résultats publiés pour le dernier trimestre 2004. Dépassant toutes les attentes, le premier fabricant mondial de machines lithographiques pour la production de semi-conducteurs a annoncé un chiffre d’affaires de 785 millions EUR, soit une hausse de près de 50 % par rapport au quatrième trimestre 2003. Mieux, le bénéfice net a lui été multiplié par sept pour atteindre le chiffre record de 109 millions EUR.
Ces résultats sont certes avant tout le fruit de la forte reprise cyclique du secteur des semi-conducteurs en 2004 mais aussi des mesures de réduction des coûts avec, notamment, la cession de SVG, une société américaine acquise en 2001.
Malgré ces excellents résultats, le cours d’ASML a reculé. En effet, de nombreux investisseurs n’ont visiblement pas apprécié l’ampleur de la contraction du carnet de commandes qui est passé de 162 nouveaux systèmes fin septembre à 119 fin 2004, baisse qui limitera à n’en point douter les perspectives de croissance bénéficiaire pour cette année. Cette hypothèse s’avère d’autant plus réaliste que la direction a évoqué un possible report de commandes de la part des clients.
Le ralentissement de l’activité à court terme ne remet toutefois pas en cause les perspectives à long terme du néerlandais. Son avance technologique et son leadership commercial devraient de plus lui permettre de mieux résister que ses concurrents asiatiques aux cycles de l’industrie des semi-conducteurs.

Cette année sera placée sous le signe du ralentissement du secteur des semi-conducteurs. ASML devrait néanmoins s’en sortir sans trop de difficultés grâce à ses compétences technologiques. Dommage que l’action ne soit toujours pas bon marché pour justifier un conseil d’achat. Conservez.

Partagez cet article