Analyse
Aviva il y a 12 ans - vendredi 28 janvier 2005

Le premier assureur britannique semble à même de tirer parti des belles perspectives offertes par son marché.

Cours au moment de l'analyse : 637 pence

Nous conseillons à nouveau d'acheter

Le premier assureur britannique a publié des résultats partiels 2004 supérieurs aux attentes. Ses ventes d’assurance-vie et de produits d’épargne à long terme ont crû de 18 %. Au Royaume-Uni, ou le réseau commercial propre du groupe a été restructuré, elles ont à nouveau progressé, de 13 %. En revanche, les ventes du réseau commun avec Royal Bank of Scotland ont encore reculé (-9 %), mais des mesures de relance sont annoncées (embauches…). De plus, pour pallier le changement du système de distribution des produits d’assurance au Royaume-Uni (désormais possible via n’importe quelle banque), Aviva poursuit la conclusion de partenariats de distribution. En outre, alors que 50 % des ventes proviennent déjà de l’étranger, (essentiellement grâce à des partenariats de bancassurance en Europe continentale) Aviva cherche encore à y faire croître ses revenus en « vie » et en « épargne long terme ». Pour ce faire, il y a quasiment abandonné toute activité d'assurance-dommages, moins rentable. Un choix moins performant toutefois que celui de Prudential, qui poursuit une politique dynamique d’acquisitions.

Pour 2005 (bénéfice attendu de 52,13 pence par action, compte tenu des normes IFRS ), Aviva semble à même de tirer parti des bonnes perspectives attendues au Royaume-Uni et en Europe continentale et capable de se montrer plus agressif, tant pour ses partenariats de distribution au Royaume-Uni que pour d’éventuelles acquisitions à l’étranger. L'action est correctement  évaluée et son niveau de risque passe de ** à *. Nous adaptons notre conseil : achetez.

Partagez cet article